Actu InternationaleL'Actu

3,5 millions de dollar – Aulas à la conquête de l’Ouest

Par 20/12/2019 08:15 mai 8th, 2020 No Comments
Il avait été annoncé, il est maintenant officiel : le rachat de la franchise américaine Reign FC de Megan Rapinoe par le Groupe OL coûte au président Aulas 3,51 millions de dollars. C’est un événement fort au sein du football féminin. Déchiffrage.
Money, money, money

Réunis cet après-midi au Cheney Stadium du Reign FC, le président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas, le couple Predmore (principal actionnaire du club américain) ainsi que le basketteur Tony Parker ont confirmé la transaction à la presse. L’impresario Français acquiert ainsi 89,5% des actifs du Reign FC à hauteur de 3,51 m$, tandis que les anciens investisseurs et dirigeants du club, Teresa et Billl Predmore, garderont 7,5% des actifs. Plus surprenante mais pas pour autant étonnante, la détention des 3% restants par Tony Parker, ambassadeur de la marque OL aux États-Unis. Cet accord donne l’espoir que la “gestion Aulas” donne au Reign FC l’élan nécessaire pour devenir le club le plus performant et rentable de la NWSL.

Vers “le plus haut niveau” et au-delà ?

Ce deal a en effet comme objectif officiel de “accompagner le Reign FC au plus haut niveau, comme l’Olympique Lyonnais a su le réaliser avec son équipe féminine en Europe”. Il est vrai que l’OL a réussi depuis 2014 des prouesses inégalées en grande partie dues aux investissements de Jean-Michel Aulas dans l’équipe féminine du club, qui ont permis une amélioration des infrastructures utilisées, une formation de footballeuses de haut niveau, l’attraction de joueuses de rang mondial… Avec comme conséquences 8 Coupes de France, 13 Championnats de France et 6 Ligues des Champions !

De l’autre côté de l’Atlantique, le Reign FC est un des clubs fondateurs de la NWSL (ligue américaine) et se trouve actuellement cinquième au classement. S’il a donc de la marge pour progresser, il compte néanmoins dans son effectif des Championnes du Monde comme Allie Long et Megan Rapinoe, ainsi que des anciennes joueuses du club Lyonnais à l’image de l’attaquante aux cheveux roses ou de Jessica Fishlock qui faisait encore partie de l’effectif la saison passée. Le changement de gestion “à la Aulas” de cette équipe donne l’impression qu’elle aura à présent tout pour gagner.

Une opportunité en or

Ces nouveaux rachats (et pas des moindres!) et ambitions footballistiques semblent être un véritable Coup dans le monde du football féminin, dont le développement trop lent pâtit du manque d’investissements et de volonté de la part des dirigeants. Grâce à cet accord, Jean-Michel Aulas – qui bénéficie déjà d’une haute réputation dans le football féminin français – espère étendre son image de l’autre côté de l’océan en poussant le Reign FC vers de nouvelles victoires. Si le club parvient à battre les records comme l’a fait l’Olympique Lyonnais, le président aura une fois montré l’exemple en termes de développement de football féminin.

Mais au-delà des ambitions sportives et de prestige, c’est avant tout une opportunité économique qui se présente à lui. L’Olympique Lyonnais est déjà le club le plus vendeur en France : le plus connu à niveau national, battant tous les records, attirant des stars du monde entier (dont la première Ballon d’Or féminine Ada Hegerberg), il se transforme vers un business de plus en plus rentable et une vitrine du succès de l’imprésario. Avec le rachat de la filiale américaine, Aulas se donne l’opportunité de répliquer sa réussite à une plus grande échelle en construisant sur un club qui a déjà un succès relatif, une histoire et une identité, ainsi que des joueuses de rang mondial qui attirent déjà l’intérêt médiatique et populaire. Sans oublier la culture d’ultra-consommation et la place du soccer aux États-Unis, qui est un sport principalement pratiqué par les femmes, servant sur un plateau des supporters-consommateurs par milliers à l’homme d’affaire français.

Leave a Reply