#MetempsÉconomie

500 000 euros pour chaque club de D1?

Par 23/05/2020 14:30 No Comments
©photo: Inès Roy-Lewanowicz
Les premiers résultats de l’AFPF pourraient bientôt tomber. Si la FFF donne son aval, les douze clubs de Division 1 féminine recevront 500 000 euros chacun. Une somme colossale pour les plus petits budgets de D1.

Sous l’impulsion de Laurent Nicollin, les clubs professionnels ont lancé en janvier dernier, l’Association pour le football professionnel féminin (AFPF). Créée pour structurer le modèle du football féminin français et asseoir la Division 1 au niveau international, ses premiers résultats semblent se dessiner.

En effet, le principe d’un financement du football féminin en partenariat avec l’AFPF, a été adopté par le collège de la Ligue 1. Il se ferait sur la base d’un montant de 500.000 € pour chaque club de D1, soit un investissement total de 6 millions d’euros, venant principalement des droits TV touchés par les clubs de Ligue 1. Alors que les dirigeants de clubs sont tombés d’accord sur cette somme, il faudra néanmoins attendre l’accord de la FFF pour que la décision soit actée. 

Une immense avancée pour les petits budgets

Si ce financement à hauteur de 500 000 euros par club peut sembler minime à côté des budgets des équipes masculines, il est en réalité assez historique pour le développement du championnat de France. Pour de nombreux pensionnaires de D1, cette nouvelle arrivée d’argent serait une étape importante vers une organisation plus professionnelle. Cette saison, six des douze clubs de l’élite avaient un budget inférieur à un million d’euros (Metz, Reims, Guingamp, Dijon, Soyaux, Fleury). Ainsi pour ces clubs, le budget de leur section féminine pourrait grandir de près de 30% à 40%. Une avancée gigantesque. 

Si une partie de ces versements sera certainement utilisée pour combler les pertes dues à la crise du Covid-19, les clubs vont surtout pouvoir travailler sur la structure de leur section féminine : améliorer la condition salariale des joueuses, travailler sur la formation, le recrutement, les infrastructures… En attendant d’autres sources pérennes de financement, notamment par des partenariats privés, cette nouvelle signerait la première victoire de l’AFPF.