À la UneL'ActuLigue des Champions

Un Wolfsburg réaliste file en finale

Wolfsburg Barcelone
©Nicolas Jambou / L’Équipière
Dans la demi-finale de Ligue des Champions programmée ce mardi 25 août 2020, Wolfsburg a pris le meilleur sur Barcelone (1-0). Les Espagnoles vont sans doute ruminer longtemps leurs nombreuses occasions gâchées. Résumé.

C’est dans un stade Anoeta de San Sebastián remis à neuf il y a tout juste dix-huit mois que Wolfsburg et Barcelone ont joué la première demi-finale de ce “Final 8”. Les conditions étaient parfaites avec un grand soleil, 24° C et une pelouse parfaitement arrosée. Côté Barça, Lieke Martens laissait sa place dans le onze de départ à Mariona Caldentey, excellente lors de son entrée en jeu en quarts de finale. Chez les Allemandes, un changement également avec la titularisation de Dominique Janssen à la place de Lena Goeßling.

Graham Hansen très en vue en première mi-temps

Dès le début de la rencontre, les deux équipes étaient bien en place, laissant très peu d’espaces à l’adversaire. Graham Hansen parvenait néanmoins à effectuer un solo dans la défense de Wolfsburg dès les premières minutes, mais son tir n’était pas cadré. C’est la joueuse de Barcelone qui allait se mettre le plus en évidence durant ce match. À la 13e, son corner était dévié par Oshoala sur… la main de Hendrich, ce qui poussait Abt à une détente maximale pour sortir le ballon du bout des gants. Pas de VAR et pas de coup de sifflet de l’arbitre alors qu’un pénalty aurait dû être sifflé. Ne parvenant pas à trouver d’espaces, Wolfsburg délaissait un peu son jeu léché et tentait de passer par-dessus le milieu espagnol, sans succès. Hormis l’occasion d’Oshoala, la première demi-heure était très fermée entre deux équipes concentrées et compactes. A l’approche de la pause cependant, la rencontre s’est un peu décousue, Wolfsburg répondant du tac au tac aux occasions catalanes. Oshoala était lancée en profondeur par Graham Hansen à la 37e, prenait le meilleur sur Hendrich mais ne cadrait toujours pas. La meilleure occasion des Allemandes arrivait dans la foulée, quand elles parvenaient enfin à mettre les Espagnoles hors de position, mais Svenja Huth ne cadrait pas non plus sa frappe. Barcelone a bien cru ouvrir la marque juste avant la mi-temps quand Graham Hansen, encore elle, s’infiltrait dans la défense. Elle parvenait à se mettre sur son bon pied mais Abt fermait très bien son angle et le tir de la Norvégienne terminait de peu à côté du but. 0-0 au tableau d’affichage donc après quarante-cinq minutes.

Le froid réalisme de Wolfsburg

Au retour des vestiaires, Wolfsburg mettait tout de suite la pression. Sur un centre de Huth (50e), Maria Léon déviait le ballon en direction de son propre but mais Paños était attentive et pouvait préserver ses cages. Comme en première période, quand une équipe se créait une occasion, l’adversaire répondait droit derrière. À la 51e, Graham Hansen partait dans le dos de la défense et se retrouvait seule face à Abt. En restant debout le plus longtemps possible, la gardienne allemande permettait le retour de sa défense qui pouvait la couvrir et contrer le tir de l’attaquante norvégienne du Barça. Wolfsburg se faisait de plus en plus pressant et, sans un dernier ballon contré, Pernille Harder aurait pu donner l’avantage aux Louves à la 54e. Ce n’était que partie remise puisqu’à la 58e, Rolfö pouvait délivrer les Allemandes. Du côté gauche du milieu de terrain, Engen voyait Huth démarquée sur l’aile droite. Le centre de la numéro 10 allemande était renvoyé plusieurs fois mais parvenait finalement à l’internationale suédoise qui trompait Paños à bout portant. Barcelone poussait alors jusqu’au bout pour égaliser mais faisait preuve d’un manque de réalisme impardonnable à ce niveau de la compétition. Direction la finale pour Wolfsburg qui tentera, face à l’OL ou le PSG, de réaliser le triplé après ses titres en Coupe d’Allemagne et en Bundesliga.

One Comment

Leave a Reply