Actu D1Actu Équipe de FranceL'Actu

Amandine Henry : « Nous avons encore du travail, notamment concernant le championnat de France »

Par 09/06/2020 20:35 février 22nd, 2021 No Comments
Amandine Henry de dos
@manu cahu
Pour le premier anniversaire du mondial en France, la capitaine des Bleues Amandine Henry a accordé une interview au site de la FIFA. Elle y évoque ses souvenirs de l’événement et dresse un état des lieux de l’évolution du football féminin.

Un an déjà que que le Parc des Princes a fait le plein pour accueillir le premier match de la compétition d’Amandine Henry et ses coéquipières. Un an déjà que Megan Rapinoe, Alex Morgan et autre Tobin Heath ont reporté leur quatrième étoile. Un tournoi qui aura vu les Bleues battre coup sur coup la Corée du Sud (4-0), la Norvège (2-1), le Nigéria (1-0) et le Brésil (2-1), avant de tomber face à ces mêmes Américaines (1-2) en quarts de finale. 

Souvenirs en demi-teinte 

Malgré la douleur toujours vive d’une élimination précoce, la numéro six des Bleues garde de bons souvenirs de l’événement, notamment du match d’ouverture. « La Marseillaise au Parc des Princes. On retrace un peu toute sa carrière parce que c’est le rêve ultime de chanter son hymne pendant un match d’ouverture de Coupe du Monde, dans son pays.  C’était le match parfait : le stade plein, le résultat, la manière. On s’est dit : “c’est bien parti”. » a t-elle confessé à la FIFA.

Sur le huitième de finale heureux contre le Brésil également, la capitaine tricolore retient surtout un grand soulagement après son but victorieux  : « Au moment où je marque, je suis soulagée et à bout de force. Et en même temps, j’ai peur parce que c’est la première fois qu’on joue une compétition avec la VAR et je me demande si je ne suis pas hors-jeu, et si le but va être validé. Je ne me voyais pas repartir à égalité. » se souvient Henry.

Évidemment, la suite est plus compliquée. L’élimination contre les Etats-Unis a laissé des traces indélébiles, d’une déception encore difficile à digérer aujourd’hui. « Au regard du match face aux USA, on peut avoir beaucoup de regrets. Il a fallu beaucoup de temps pour digérer cette défaite et cette élimination. C’est la pire déception de notre carrière » a t-elle avoué au micro de l’instance mondiale. 

Encore du travail malgré l’impact positif du Mondial

En tant que capitaine française, la star de l’OL ne peut ignorer l’impact positif qu’a eu la compétition en France sur l’évolution du football féminin. Il y a eu « un énorme impact sur la femme dans le sport en France » affirme la milieu de terrain avant de poursuivre : « Avec l’équipe de France, nous remplissons les stades. Ça fait plaisir mais nous avons encore du travail, notamment concernant le championnat de France ». Pour pérenniser cette progression, Henry évoque certaines pistes de développement auprès de la FIFA, reprochant notamment à certains le manque d’investissement dans le football féminin. « Il faut que le football féminin devienne aussi une priorité pour certains clubs. Ça se fera au fur et à mesure. Je pense qu’il faut parfois s’associer au football masculin, avoir autant de publicités, autant de médias, et ça viendra petit à petit. » insiste la joueuse aux cinq Ligues des Champions, avant de conclure sur une note positive pour l’avenir : « Le principe selon lequel “le garçon fait du football et la fille de la gymnastique” est fini. Maintenant les codes ont changé et tout est possible. »


Pour retrouvez l’interview complète de la FIFA, c’est ici