À la UneActu D2L'Actu

Arras-Lens : l’union du Nord fait la force

Par 28/07/2020 08:30 No Comments
©photo : RC Lens
Neuvième du groupe B (D2) cette saison, l’historique Arras FCF a fusionné au 1er juillet 2020 avec le RC Lens. Réputé pour la ferveur de son public, le club nordiste compte bien mener sa nouvelle équipe féminine au plus haut dans les années à venir. 

Arras ou Henin, à qui demander la main ?

Si son choix final s’est porté sur le club d’Arras, la direction du RC Lens a pendant un temps envisagé d’autres options, notamment celle d’Hénin-Beaumont. Les deux clubs ont eu l’opportunité de soumettre à l’état-major des Sang et Or leur dossier respectif en décembre 2018. « Certains ont tenté d’opposer la culture du bassin minier à la culture arrageoise plus bourgeoise », a évoqué Joseph Oughourlian, le président lensois.

C’est finalement sur Arras, qui évolue une division au-dessus de son concurrent (Division 2 contre Régional 1), que le choix s’est arrêté. « C’est parfois dans les mariages les plus inattendus qu’on construit les unions les plus prospères », a-t-il précisé. Une nouvelle réjouissante pour l’édile local, Fréderic Leturque : « Mon cœur voulait que ce soit Arras ».

À lire aussi : interview “Un challenge différent” avec Sarah M’Barek sur son expérience à Djibouti

M’Barek ou le choix de l’expérience

Jusqu’ici sélectionneure de Djibouti, Sarah M’Barek a récemment été enrôlée par le RC Lens pour trois saisons, au poste d’entraineure de la première équipe féminine.

Au-delà de son poste, la titulaire du Brevet d’Entraîneur Professionnel de Football (BEPF) a également été intronisée manager de la section. Cette double casquette implique notamment une implication plus large dans les affaires de la nouvelle structure (staff, infrastructures, recrutement). Derrière cette nomination de choix, trônent les ambitions non dissimulées de son nouveau président. « On va y aller de manière sûre comme avec l’équipe masculine. Notre objectif est de retrouver la D1 dans quelques années », a-t-il fixé. Un défi de taille pour un club qui a quitté l’élite il y a cinq ans.

Avec cette union, Arras rejoint la longue liste des équipes féminines ayant fusionné avec un club masculin, dans l’espoir de gagner en visibilité ainsi qu’en moyens structurels et financiers.

Un recrutement efficace

Si le club nordiste affiche de belles ambitions, il sait s’en donner les moyens. Plusieurs recrues, jeunes ou plus expérimentées, ont d’ores et déjà étoffé l’effectif des Sang et Or : Lina Thivillon (20 ans, milieu de terrain), Emma Smaali (19 ans, milieu de terrain), Christy Gavory (22 ans, milieu de terrain), Marine Julian (23 ans, milieu de terrain), Namnata Traoré (27 ans, attaquante) et Morgane Soyer (19 ans, défenseure). Des recrues qui pourront s’illustrer dès cette semaine, à l’occasion de la reprise de l’entraînement.