À la UneActu InternationaleL'Actu

Cinq choses à savoir sur la sélection autrichienne

Par 27/10/2020 09:00 No Comments
autriche
La sélection autrichienne ©oefb.at
Avant la rencontre entre la France et l’Autriche ce mardi, L’Équipière s’est penché sur la sélection autrichienne. Cinq choses à savoir.

Ce mardi a lieu le choc du groupe G entre la France et l’Autriche. Les deux sélections, qui comptent chacune 15 points et aucun but encaissé, se disputent la tête du groupe pour les éliminatoires à l’Euro 2022

Une demi-finale à l’Euro 2017

Actuellement 22es au classement FIFA, les Autrichiennes n’ont jamais joué de phase finale de Coupe du monde. Mais lors du dernier Euro aux Pays-Bas en 2017, elles avaient réussi à se hisser en demi-finale face au Danemark, où elles ont été éliminées aux tirs au but. Un exploit qu’elles espèrent réitérer pour cette nouvelle Coupe d’Europe.

Irene Fuhrmann, première femme à la tête de la sélection

Irene Fuhrmann
Irene Fuhrmann, nouvelle sélectionneuse de l’Autriche ©oefb.at

Après neuf ans passés à diriger l’équipe féminine autrichienne, Dominik Thalhammer a décidé de laisser les rennes à Irene Fuhrmann, première femme à la tête de la sélection. Cette nomination n’était pas une grande surprise au vu de son implication dans le développement du football féminin en Autriche. En effet, depuis 2011, elle entraîne à l’Académie féminine de la fédération autrichienne. L’ouverture de cette structure « a constitué un moment charnière » selon elle, puisque « jusque-là, les meilleurs espoirs féminins ne bénéficiaient pas d’une formation continue », a-t-elle indiqué à la FIFA.

Seule détentrice de la licence pro de l’UEFA dans le pays, Irene Fuhrmann est à la tête de la sélection autrichienne depuis moins d’un mois. Son premier match à ce poste s’est conclu sur une belle victoire 5-0 de ses joueuses face au Kazakhstan.

Les joueuses à surveiller

Sur les 23 joueuses sélectionnées par Irene Fuhrmann, plusieurs Autrichiennes pourraient mettre les Françaises en difficulté, notamment deux Bavaroises. En effet, les Bleues devront faire attention à l’expérimentée Carina Wenninger. Au Bayern Munich depuis 2007, la défenseure centrale fait souvent parler sa grande taille sur les coups de pied arrêtés.

L’ancienne capitaine de Potsdam Sarah Zadrazil est également à surveiller. Souvent sur le banc depuis son arrivée à Munich, la milieu de terrain apporte beaucoup dans son secteur lorsqu’elle entre en cours de jeu. 

On retrouve également deux joueuses autrichiennes, du côté d’Arsenal, l’actuel leader de FA WSL. La gardienne Manuela Zinsberger, titulaire indiscutable depuis le début de la saison, et Viktoria Schnaderbeck. Milieu de terrain lorsqu’elle évoluait au Bayern Munich, cette dernière joue désormais en défense centrale ou arrière gauche. Remplaçante de luxe, elle a notamment réussi à faire sa place la saison passée suite à de nombreuses blessures au sein de l’équipe anglaise. Cette année, elle a été titularisée six fois en dix matches.

Blessures, jeunesse… les défis des Autrichiennes

Pour ce rassemblement, la sélectionneure a dû pallier plusieurs absences suite à des blessures, notamment celles de Laura Feiersinger, Marie-Therese Höbinger et Julier Hickelsberger-Füller. Pour y faire face, elle a notamment décidé de faire confiance à la jeunesse. En effet, deux joueuses de 19 ans diplômées de l’Académie féminine de la Fédération autrichienne viennent compléter l’effectif : Lisa Kolb, appelée pour la première fois, et Celina Degen, qui avait déjà fait une apparition en sélection en mars 2019. 

Autriche
Les Autrichiennes à l’entraînement ©oefb.at

La pression est sur les Bleues

Sur les six oppositions entre les deux nations, la France a dominé les débats à cinq reprises. Mais le dernier face-face lors de l’Euro 2017 s’est soldé par un match nul 1-1, un bon résultat pour les Autrichiennes qui avaient réussi à mettre les Bleues en difficulté. Irene Fuhrmann est « optimiste » et pense que ses joueuses peuvent « défier la France ». 

« Notre avantage, c’est que la France ‘doit’ gagner, tout autre résultat serait perçu comme une défaite. Nous voulons faire un bon résultat, mais la pression n’est pas sur notre équipe. Nous n’avons rien à perdre sur ce match (…) et c’est dans cet état d’esprit que nous entrerons sur le terrain », a expliqué la sélectionneure autrichienne sur le site de sa Fédération.

« Un match qui sera parmi les plus difficiles que l’on aura à disputer», Maéva Clémaron

En effet, troisièmes au classement FIFA, les Bleues font partie des favorites pour l’Euro 2022. Mais avant les phases finales, les joueuses de Corinne Diacre doivent terminer premières de leur groupe pour mettre toutes les chances de leur côté. Et pour cela, elles devront se défaire des Autrichiennes dans « un match qui sera parmi les plus difficiles », comme l’a souligné Maëva Clémaron à l’AFP.

Malgré la situation sanitaire, la rencontre entre l’Autriche et la France ne se jouera pas à huis clos. En effet, le nouveau stade de Wiener Neustadt accueillera 900 spectateurs pour ce match. Un petit soutien qui réjouit Manuela Zinsberger, la gardienne autrichienne : « Nous sommes impatientes ! Cela fait très longtemps que nous n’avons pas joué devant notre public. »

Les derniers résultats des Autrichiennes lors des éliminatoires à l’Euro 2022 :

Autriche 3 – 0 Macédoine du Nord

Serbie 0 – 1 Autriche

Macédoine du Nord 0 – 3 Autriche

Autriche 9 – 0 Kazakhstan

Kazakhstan 0 – 5 Autriche

Leave a Reply