À la UneActu InternationaleL'Actu

Cinq joueuses de moins de 20 ans à surveiller de près !

Par 25/06/2020 08:30 No Comments
Lena Oberdorf
@FIFA
Le transfert d’Ellie Carpenter à l’OL a fait réagir les supporters lyonnais, impatients de découvrir l’un des plus grands espoirs de la planète. L’occasion pour l’Équipière de sélectionner cinq talents nés après le 1er janvier 2000.

Lena Oberdorf (18 ans) 

Le mois de décembre 2001 a certainement vu la naissance d’une future star du football mondial. Tout juste adulte, la milieu de terrain détient elle aussi de sacrés records de précocité. Toujours surclassée dans les catégories de jeunes de la Mannschaft, elle est devenue la plus jeune Allemande de l’histoire à disputer une phase finale de Coupe du Monde. À seulement 17 ans et 171 jours, elle est rentrée en début de seconde mi-temps du premier match du Mondial 2019 contre la Chine. Quatre jours plus tard, lors de la courte victoire allemande (1-0) contre l’Espagne de Panos et Hermoso, elle était titulaire dans l’entrejeu, aux côtés de Däbritz et de Goessling. Elle avait été décisive, à l’avant dernière passe du but allemand.

Son sens du placement et de l’organisation font d’elle une joueuse polyvalente qui excelle à la récupération et performe dans la construction du jeu. Avec son club du SGS d’Essen, elle alterne entre la défense centrale, les postes de latérale et d’ailière ou l’entrejeu. En bref, l’enfant star du football allemand sait tout faire. La saison dernière, elle a même inscrit 9 buts en championnat. Les exploits d’Oberdorf ne sont pas passés inaperçus auprès du récent champion d’Allemagne Wolfsburg, avec qui elle vient de s’engager. Avec les Louves, elle devrait rapidement franchir un nouveau pallier.

Selma Bacha (19 ans)

Championne d’Europe U19 cet été avec les Bleuettes, Selma Bacha évolue dans l’équipe professionnelle de l’OL depuis ses 16 ans. En trois saisons entre Rhône et Saône, celle qui est surnommée « Brutus » par ses partenaires n’a pas traîné à se faire un nom dans le paysage du football français. Il faut dire qu’à 19 ans, la jeune latérale gauche a déjà deux Ligues des Champions et trois championnats de France en poche. Rien que ça.

Extrêmement puissante et physique malgré son mètre-soixante-et-un, elle se distingue par son activité incessante sur le rectangle vert.

Selma Bacha 2019 U19
@Iancairns

Très à l’aise techniquement, son pied gauche lui permet de faire la différence par ses centres millimétrés. Enfin, sa vitesse et son volume de jeu lui permettent de répéter les efforts pendant quatre-vingt dix minutes. Une qualité essentielle à son poste, d’autant plus chez les Fenottes, où l’apport offensif des latérales est  un prérequis essentiel, si ce n’est obligatoire. Sa première sélection en Équipe de France A ne devrait plus tarder. 

Retrouvez son portrait sur l’Équipière

Lauren Hemp (19 ans) 

Capable d’évoluer sur tous les fronts de l’attaque, Lauren Hemp représente l’avenir du football anglais. Après une formation à Norwich, elle a fêté ses premiers matchs chez les seniors dès 2016 avec Bristol, tout en grimpant au sein des différentes sélections de jeunes d’Angleterre. D’abord capitaine des U17, elle est vite devenue l’une des cadres de l’équipe U20 qui a terminé troisième à la Coupe du Monde 2018 à Vannes.

Son sens du but, ses qualités techniques et de vitesse sont les principaux atouts de cette attaquante à la palette déjà très complète. De nombreuses qualités qui lui ont permis d’être élue meilleure espoir de la saison en Angleterre et d’être repérée par Manchester City, avec qui elle a signé à l’été 2018. Lors de l’exercice 2019/2020 avec le dauphin de FA WSL, Hemp a participé à 14 matchs dont 13 titularisations pour 5 buts. Cette saison fut prolifique pour elle, puisqu’elle a aussi fait ses débuts avec les Three Lionesses en octobre dernier contre le Portugal. Hemp aussi est bien lancée pour une carrière brillante.

Sophia Smith

Sophia Smith (19 ans) 

Celle dont la destination préférée au monde pour “son environnement et ses habitants” est la France, est une autre pépite de la planète du ballon rond. Après des débuts avec l’équipe jeune des États-Unis lors du Mondial U17 en Jordanie, l’attaquante a vécu une ascension brillante au sein des sélections américaines et du tournoi universitaire. Très rapide et extrêmement technique, Sophia Smith est suivie de près par les connaisseurs de football féminin.

En 2017, à l’âge de 17 ans, elle avait même été appelée par Jill Ellis pour un stage avec l’équipe senior des États-Unis. Depuis, Smith est allée travailler ses dribbles – déjà excellents – au sein de l’équipe universitaire de Stanford, qu’elle a conduit au titre national en 2019. En janvier dernier, elle décidait de se lancer dans le championnat américain professionnel et Portland sautait sur l’occasion pour la récupérer. Dès cet été lors de la Challenge Cup, le grand public devrait découvrir l’une des grandes attaquantes de demain.

Ellie Carpenter (20 ans)

La jeune australienne qui vient de fêter ses vingt bougies au mois d’avril est un exemple de précocité. Après une première cape avec les Matildas à l’âge de 15 ans, elle est la plus jeune footballeuse de l’histoire à avoir participé aux Jeux Olympiques (ndlr : à Rio en 2016). Deux ans plus tard, elle foulait les pelouses du championnat américain de la NWSL (National Women Super League) avec les Thorns de Portland à 18 ans et 11 jours. Du jamais vu. 

À son poste d’arrière droit, sa puissance, son explosivité et sa capacité à répéter les courses font d’elle une véritable latérale moderne. Au Mondial 2019 – alors que son équipe était pourtant à la peine – elle était largement sortie du lot et s’était imposée comme une cadre malgré ses 19 ans. Pour pallier le probable futur départ de Lucy Bronze de l’OL, Carpenter devra encore progresser dans son placement défensif et gagner en lucidité et en application pour que ses centres arrivent à destination. Mais la jeune Matilda a tout d’une future grande.

Leave a Reply