#MetempsSantéSociété

COVID-19 : Les joueuses de front et au front face au virus

Par 17/04/2020 10:20 mai 9th, 2020 No Comments
Désormais, le match contre le COVID-19 se joue à coup de collectes de fond, d’appels à la mobilisation ou bien en première ligne, en blouse blanche, dans les hôpitaux. À leur échelle, les footballeuses du monde entier mènent ainsi des actions et mettent à profit leur notoriété afin de prendre part à l’effort solidaire qui s’organise.

Aux quatre coins du globe, des joueuses unies pour aider le corps médical

Alors que partout, le personnel de santé en première ligne pour endiguer la pandémie, le monde football féminin use de sa visibilité pour leur venir en aide. ​
Chez nos voisins espagnols, les joueuses des différentes équipes de la 1ère division espagnole ont lancé une campagne de collecte de fonds dont l’objectif est de récolter au moins 20.000€ pour financer des fournitures médicales et améliorer les conditions du personnel de santé qui lutte contre le COVID-19. Pour ce faire, Marta Torrejón, Mapi Leon et les autres joueuses phares du championnat ont décidé d’utiliser leur notoriété à bon escient et proposent de remporter leur maillots, crampons, gants ou autres accessoires dédicacés. La seule condition pour participer à ce grand tirage au sort final ? Faire un don sur le site « Juntas venceromos » (“ensemble nous vaincrons”) créé spécialement pour la collecte.
Trombinoscope joueuse espagnole pour la campagne de collecte de don Juntas venceremos

Du côté anglais, on parle de dons directs des joueuses au fonds #playerstogether. Créé par les joueurs de la Premier League, il a pour but de soutenir et aider la NHS, l’organisme de santé publique du Royaume-Uni. Après discussion, les coéquipières de Steph Houghton ont ainsi annoncé via un communiqué officiel qu’elles étaient « ravies de confirmer que l’ensemble de l’équipe des Lionnes fera un don collectif au fonds #PlayersTogether, en partenariat avec NHS Charities Together […] afin de soutenir le travail exceptionnel de la NHS. »

En France, pas encore d’action commune, mais Sarah BouhhadiEugénie Le Sommer ou encore Kadidiatou Diani ont participé à des enchères solidaires en faveur du personnel médical. La gardienne de l’équipe de France a misé sur le ballon de la finale de la ligue des Champions 2019/20 pour obtenir le plus haut don possible tandis que ses coéquipières ont chacune mis en vente une de leur paire de crampons.

Des initiatives pour venir en aide aux plus touchés

Au-delà du corps médical, d’autres communautés et personnes se trouvent particulièrement touchées ou mises en danger à cause du virus.

Alors qu’avec le confinement les signalements pour violences conjugales n’ont jamais été aussi nombreux, le club de Chelsea a décidé de se mobiliser. À l’initiative d’Emma Hayes, entraîneure des féminines, joueurs et joueuses collectent de l’argent au profit de l’association « Refuge », une organisation caritative qui lutte contre les violences faites aux femmes. Dans la campagne de mobilisation publiée sur les réseaux, Magdalena Eriksson et son équipe s’attachent à « assurer aux personnes qui ont besoin d’aide qu’elles ne sont pas seules » et invitent leur fans à faire des dons.

Outre-Atlantique, les championnes du monde Megan RapinoeChristen Press, et Tobin Heath s’appuient sur Re-Inc, leur entreprise et marque (qu’elles ont créé aux côtés de leur ancienne coéquipière Meghan Klingenberg) pour soutenir les travailleurs impactés durant cette période. Il y a un mois, les quatre Américaines ont mis aux enchères une œuvre peinte par Tobin Heath et 17% du prix de vente du tableau a été reversé au « Fonds de soin liés au coronavirus ». Ce fonds sert à financer une aide d’urgence aux travailleurs domestiques leur permettant de rester à la maison. On peut également  lire sur sur leur site, une annonce postée intitulée « Réponse au COVID-19 » : via une organisation caritative, 5% des revenus issus de leur nouvelle collection de vêtements viendrait également en « aide aux personnels soignants en première ligne afin qu’ils aient le matériel de protection dont ils ont désespérément besoin ».

Oeuvre mise aux enchère de Tobin Heath

Par ailleurs, de leur propre volonté, de nombreuses joueuses comme les norvégiennes Ingrid Engen et Marie Dølvik ont également décidé de renoncer à 10% de leur salaire et le reverser à des organisations de leur choix pour aider les plus vulnérables face au virus.

La solidarité des joueuses envers leur club s’organise

Avec l’arrêt des compétitions et des matchs, la santé économique des clubs va indéniablement être impactée. Dans cette situation, les joueuses ne sont pas réellement les plus exposées et sont nombreuses à se préoccuper des employés de leur club.

Au micro de RMC, Ada Hegerberg partageait ses inquiétudes. « C’est le moment pour les joueuses de se mettre à disposition afin d’aider le club. Je pense aux employés, il faut absolument les garder. Ce sont des gens fantastiques, qui nous aident beaucoup ». Toujours selon RMC, la Ballon d’Or 2018 et quatre autres de ses coéquipières piliers de l’OL, dont Wendie Renard, se sont mises d’accord pour opérer une baisse de 10% de leurs salaires. Elles vont également inciter leurs coéquipières lyonnaises à faire de même.

Même scénario et démarche pour les joueuses du FC Barcelone qui ont annoncé via un communiqué officiel qu’elles participaient à l’effort commun du club : comme leurs homologues masculins, elles ne recevraient que 70% de leur salaire pour la durée du confinement en Espagne. Avec ce geste, Lieke MartensAlexia Putellas et leurs coéquipières permettent aux employés du club d’être sûrs de conserver leur emploi.

Troquer le maillot pour la blouse blanche

L’aide apportée par certaines joueuses les mène également au front. Par exemple, l’attaquante du Bétis Séville Ana Romero, diplômée de médecine, a décidé de mettre ses compétences médicales à profit en rejoignant les équipes soignantes de l’hôpital de Séville. Sur ses réseaux sociaux, la joueuse explique avoir demandé et obtenu l’autorisation de son club puis passer un test avant de pouvoir enfiler sa blouse blanche et rejoindre les équipes médicales.

À Madrid, en passe d’obtenir son diplôme en médecine, la numéro 15 de l’Atlético, Silvia Meseguer, s’est elle aussi portée volontaire dans un hôpital de la ville. Il y a quelques semaines elle déclarait dans une interview « Je n’ai toujours pas de diplôme de médecine car je dois encore délivrer le projet de diplôme final, mais s’ils ont besoin de l’aide des étudiants, bien sûr j’y vais ».

D’autres joueuses telles que Nadia Nadim se sont également dit volontaires pour venir en renfort aux équipes médicales en cas de besoin.

Les réseaux sociaux : nouveau terrain de jeu des footballeuses pour aider et motiver leurs fans en confinement

Dans un autre registre, les joueuses se mobilisent également pour aider les fans à lutter contre l’ennui, l’isolement et l’inactivité durant le confinement. Tout aussi désœuvrées que les supporters, les joueuses s’organisent sur les réseaux sociaux pour apporter activité physique et divertissement aux fans, depuis leur salon ou jardin.

Ainsi, en lieu et place de la rencontre qui devait opposer vendredi dernier la sélection américaine aux Australiennes, c’est finalement sur le compte Instagram de Sam Kerr, la capitaine des Matildas, qu’on a pu assister à un semblant de match. En live avec la gardienne de l’équipe américaine Alyssa Naeher, les deux anciennes coéquipières des Red Stars de Chicago se sont « affrontées » dans un jeu de questions/réponses suivi d’un échange avec les internautes.

Show-woman sur les terrains comme au quotidien, Megan Rapinoe et sa compagne Sue Bird, star de la WNBA, ont également instauré « A touch more », un rendez-vous hebdomadaire de divertissement et d’échange avec les fans sur les réseaux. Sur la même idée, via le compte de Re-Inc, la Ballon d’Or organise et participe au côté de Christen Press à des conversations en live autour de la santé mentale durant le confinement et autres problématiques de cette période qui peut s’avérer très délicate pour certains.

S’agissant de lutter contre l’inactivité qui peut découler du confinement, le choix est large avec des footballeuses qui partagent leurs entraînements à la maison. Il est notamment possible de suivre la même routine de préparation physique que Wendie Renard qui poste quotidiennement ses séances, ou bien de s’essayer de battre Amandine Henry dans divers challenges sportifs.

Prêts ? À vous de jouer !