À la UneD1 ArkemaL'Actu

D1 Arkema (J2) – Le debrief de la redac’

Par 05/09/2021 17:53 No Comments
Les Fenottes n’ont laissé aucune chance aux Vertes dans le derby – ©Olympique Lyonnais
La deuxième journée de championnat a offert aux amateurs de D1 Arkema une belle moisson de buts. Si l’OL et Bordeaux ont réalisé deux cartons plein, le PSG s’est mis en difficulté en fin de rencontre. Debrief.

On a aimé

La remise sur pied de Bordeaux

Tenu en échec la semaine dernière face à l’ASSE, Bordeaux a réagi de la plus belle des manières en s’imposant très largement dans le derby face à Soyaux.

Dès la deuxième minute, les Girondines frappent fort avec un but de Sisca Folkertsma. Les offensives bordelaises s’enchaînent et la défense Sojaldicienne, à la peine, tient grâce à Romane Munich. À la 29e, les Girondines trouvent de nouveau le chemin des filets. Katja Snoeijs sert parfaitement Malia Berkely qui ne manque pas sa chance (2-0). Bordeaux maîtrise alors tranquillement la rencontre et fait preuve d’une grande qualité technique. À la 35e, après un tir contré de Melissa Gomes, Andréa Lardez vient inscrire le troisième but bordelais (3-0). Acculée, la défense de l’ASJ permet même à Gomes d’alourdir un peu plus le score sur une erreur de relance (42’, 4-0). 

A la fin de la partie, dont l’issue était déjà scellée, Mickaëlla Cardia convertit sur un service de Snoeijs (5-0), triple passeuse du jour, avant que l’internationale néerlandaise ne vienne à son tour alourdir la marque (6-0). De quoi faire le plein de confiance avant de recevoir Wolfsburg. 

La résilience de Reims

Défaites à Lyon la semaine passée, les Rémoises recevaient Guingamp ce week-end au centre de vie Raymond Kopa. Entreprenantes dès le début de la rencontre, les Stadistes passent tout près d’ouvrir le score après vingt minutes. Alors que Kessya Bussy croyait inscrire le premier but de la saison pour son équipe, celui-ci lui est refusé pour une position de hors-jeu (19’). Dans le quart d’heure qui suit, l’internationale française trouve de nouveau le chemin des filets, avant d’être de nouveau signalée hors-jeu (32’, 0-0). 

Réduites à dix à l’heure de jeu, après le deuxième carton jaune de Grace Rapp, les joueuses d’Amandine Miquel ne plient pas et tentent encore leur chance face aux buts. Au coup de sifflet final, les deux équipes se partagent les points, leurs premiers cette saison. 

Fleury relève la tête

Après la claque reçue contre le Paris Saint-Germain lors de la première journée, Fleury reprenait cette semaine le chemin de la D1 avec un nouveau derby. Contre le Paris FC, les Floriacumoises ont montré un tout autre visage que contre le champion en titre. Bien en place défensivement, Fleury procède notamment en contre en première période. 

Malgré les tentatives essonniennes, c’est Coumba Sow qui ouvre le score pour le Paris FC après un très belle remontée de terrain et une frappe de Julie Soyer (43’, 0-1). L’internationale suisse inscrit alors l’unique but de la rencontre, malgré les quelques situations de Fleury en seconde période. Si la victoire n’a pas été au rendez-vous, la prestation de joueuses de Fabrice Abriel reste encourageante.

La précision et la justesse technique de Damaris Egurrola

Buteuse (56’) cet après-midi lors de la victoire (6-0) de l’Olympique Lyonnais dans le derby à domicile face à St Etienne, en clôture de la 2e journée de D1 Arkema, Damaris Egurrola a illuminé le jeu de l’OL par sa précision et sa justesse technique dans ses transversales. 

L’internationale espagnole s’est de nombreuses fois illustrée, comme sur le second but de l’OL. Egurolla adresse une passe parfaite pour Melvine Malard (28’) sur le côté gauche, qui enchaîne avec un dribble puis centre en retrait pour Amel Majri qui convertit. Sur le troisième but, l’espagnole est de nouveau à la manœuvre en servant Amel Majri dans le tempo sur le côté gauche, qui parvient à centrer en retrait sur Melvine Malard pour la conclusion (42’).

À l’issue du match, la milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais s’est confiée au micro d’OL TV : « Je suis très contente de ce but. On a très bien joué. C’est de bon augure pour le match retour face à Levante. Ma blessure a été longue. Cette période a été compliquée mais tout s’est bien passé finalement. C’est vraiment incroyable d’être à l’OL. J’ai envie d’apprendre, de progresser »

On n’a pas aimé

La fin de match des Parisiennes

Les vingt-cinq premières minutes ont été parfaites” déclarait Didier Ollé-Nicole après le déplacement de son équipe à Montpellier. Bien que victorieux (0-1), le Paris Saint-Germain s’est fait peur en fin de rencontre dans l’Hérault. 

Tout démarrait pourtant parfaitement pour Paris. En imposant d’emblée leur rythme, les franciliennes s’offrent les meilleures situations. Dès la 8e minute, Ashley Lawrence est touchée dans la surface et obtient un pénalty transformé par Sara Däbritz (0-1). Remuantes Kadidiatou Diani et Marie-Antoinette Katoto donnent du fil à retordre à la défense adverse. Après la demi-heure de jeu, Montpellier reprend du poil de la bête et mise sur la vitesse de Nérilia Mondésir pour pouvoir faire la différence.

En seconde période, Paris semblait redémarrer sur les mêmes bases que lors du premier acte. Mais en fin de rencontre, Grace Geyoro et ses coéquipières se créent de belles frayeurs défensives. Moins sereines, les championnes de France en titre mutiliplient les erreurs qui auraient pu profiter à Montpellier, avec plus d’adresse. 

Dijon marque, puis s’endort

Défait contre Montpellier en ouverture de la D1, Dijon se déplaçait en région parisienne pour affronter le GPSO 92 Issy. Dès l’entame de la rencontre, les visiteuses se montrent offensives. Sur un service de Desire Oparanozie, Léa Declercq ouvre le score pour Dijon (19’, 0-1). Après cette bonne entame de match, les bourguignonnes se mettent au rythme de leur adversaire francilien. Une baisse de rythme qui va profiter à Issy qui se crée deux occasions avant la mi-temps, devant une Solène Durand vigilante. 

Dès l’entame de la seconde période, Oparanozie, auparavant passeuse, se mue en buteuse (48’, 0-2). Si Dijon fait le break, Issy va de nouveau pousser pour réduire la marque, sans succès. Si la victoire a cette fois-ci été au rendez-vous, les joueuses de Christophe Forest n’ont pas brillé. 

Leave a Reply