À la UneActu D1 ArkemaL'Actu

D1 Arkema (J3) : Le debrief de la redac’

Par 28/09/2020 09:58 No Comments
Lena Petermann MHSC
©FredLG
Comme à la fin de chaque journée, l’Équipière revient sur le week-end de D1 Arkema. Le duo d’attaque des Montpelliéraines, Baltimore et les Titis parisiennes qui arrivent à maturité ou encore les erreurs d’arbitrage à répétition, c’est le debrief de la redac’. 

On a aimé

Le coaching de Yacine Guesmia

Logiquement mené à la mi-temps par le F.C Fleury 91, Issy a montré un visage plus conquérant en deuxième mi-temps à la faveur du bon coaching de Yacine Guesmia. Avec un bloc équipe très bas durant le premier acte, les Isséennes ont peiné à s’approcher de la cage floriacumoise. Pour espérer revenir dans la rencontre, le technicien isséen décidait de dynamiter son attaque avec les entrées des virevoltantes Batcheba Louis et Esther Mbakem. Très mobiles, les deux joueuses ont gêné la relance du FCF 91 et ont gratté quelques ballons dans les vingt derniers mètres. Combinant bien, Louis et Mbakem semaient le trouble dans l’arrière garde floriacumoise à deux reprises à l’heure de jeu, sans pour autant trouver la faille. La fin du match approchant, Yacine Guesmia lançait sa dernière cartouche offensive, Salma Zemzem en lieu et place de la milieu Kayla Mills. Un changement judicieux puisque à la faveur de plusieurs débordements sur l’aile droite, l’ancienne joueuse de la VGA Saint-Maur a fait trembler la défense adverse. Le technicien isséen pourra s’appuyer sur cette deuxième période intéressante pour aller glaner de précieux points dans la course au maintien à Reims samedi prochain.

Le duo Banusic-Petermann 

Après la victoire 2-0 contre Guingamp, le Montpellier de Frédéric Mendy a enchaîné avec un deuxième succès consécutif, cette fois sur la pelouse d’Angoulême contre l’ASJ Soyaux. Un victoire acquise en grande partie grâce à un duo d’attaque en grande forme. Chacune auteure de deux buts et une passe décisive, Lena Petermann et Marija Banušić ont fait terriblement mal à la défense sojaldicienne. Sur l’ouverture du score, la première a conclu suite à une frappe contrée de la seconde (18e). Dix minutes plus tard, Banusic a superbement joué le contre, avant de servir Petermann pour le break (28e).  Dans le second acte, les rôles se sont inversés. L’internationale allemande a offert un caviar en retrait à l’attaquante suédoise, pour son tout premier but en D1Arkema (49e) (ndlr : elle avait uniquement marqué en Coupe de France la saison dernière). Enfin peu après l’heure de jeu, Banusic a clos tout suspens en marquant le quatrième but de la tête. Le MHSC prend place sur le podium de D1. 

L’alchimie des Titis

Avec un couloir gauche particulièrement incisif, les parisiennes se sont largement imposées face à Reims (4-0) au Stade Jean Bouin. Les Titis, Sandy Baltimore et Perle Morroni ont largement animé le couloir gauche, qui a mis en difficulté la défense champenoise. Pour sa première titularisation de la saison, Baltimore s’est d’ailleurs montrée décisive sur le but de Signe Brunn. Marie-Antoinette Katoto, habituelle buteuse, s’est cette fois-ci muée en passeuse pour offrir sur un plateau le second but parisien à Kadidiatou Diani. 

Côté adverse, Magou Doucouré et Tanya Romanenko, pourtant volontaires, ont eu bien du mal à contenir les assauts parisiens. Une montée en puissance intéressante de l’équipe parisienne, qui est parvenue à sceller l’issue du match dès la première mi-temps, ce qui lui a par la suite permis de faire tourner son effectif en seconde période . 

On n’a pas aimé 

Encore et toujours l’arbitrage 

Une frustration palpable sur les terrains comme sur le banc s’est (encore) faite sentir sur les pelouses de D1 à l’occasion de cette 3e journée. Lors de l’opposition entre Soyaux et Montpellier, l’arbitre du match de samedi n’a pas hésité à distribuer des cartons jaunes aux Héraultaises, Mondésir (23e), Torrent (62e) et De Almeida (67e). Mais ce sont les fautes non sifflées comme les tirages de maillots, les semelles et les tacles dangereux qui sont venus attiser la frustration et l’agacement du banc de Soyaux. Dimanche, c’était au tour de Jean-Luc Vasseur d’interpeller avec véhémence l’arbitre lorsqu’elle n’accordait pas un penalty à l’OL suite à une faute sur Karchaoui. Six-mètres et touches offertes à Bordeaux  coups de sifflets plus que surprenants… Pedros Martinez Losa lui aussi, peut regretter cet erreurs d’arbitrage. Avant la frappe de Carpenter sur l’ouverture du score lyonnaise, Majri fait obstruction sur Chatelin. Faute oubliée. Comme sur plusieurs terrains, chaque week-end. C’est est l’un des aspects les plus critiqués du championnat, et ce n’est pas nouveau. Au regard des ambitions de la D1 Arkema de continuer à figurer parmi les meilleures ligues de football féminin au monde, les instances doivent sérieusement se pencher sur la question. C’est une urgence. 

Les images de la sortie de Bilbault

A la 77e minute de cet OL – Bordeaux, Charlotte Bilbault s’est allongée sur la pelouse du Groupama Training Center. La milieu de terrain bordelaise a été victime d’un malaise. Elle est restée plusieurs minutes par terre. Le staff médical des deux équipes était à son chevet. La capitaine a été évacuée du terrain par un soigneur de chaque équipe. Si elle a semblé aller mieux par la suite, l’internationale française a tout de même quitté le stade sur une civière. Les Girondines ont donc fini la rencontre à 10, Pedro Martinez Losa ayant fait ses trois changements. Des images que l’on n’aime pas voir, d’autant que la numéro 14 a déjà connu pareil mésaventure avec l’équipe de France contre la Macédoine du Nord mardi dernier. Elle avait pu revenir en jeu après quelques instants. Son état médical sera à surveiller lors des prochains matchs.  

Le relâchement havrais avec l’ouverture score

Après un match très équilibré, le premier acte dominé par le Paris FC et le second par les Normandes, la recrue islandaise du Havre Berglind Thorvaldsdóttir a réussi à débloquer la rencontre en toute fin de match (88e). Ça aurait pu être le coup du week-end pour le promu de venir s’imposer à Bondoufle, sur la pelouse du Paris FC. Les joueuses de Thierry Uvenard auraient alors pris position dans le bon wagon avec le PSG, Montpellier et Fleury, avec sept points au compteur, deux unités derrière l’OL. Mais c’était sans compter sur l’éternel relâchement après une ouverture du score. Une minute à peine après le but Thorvaldsdóttir, Clara Matéo a égalisé pour Paris. Une belle occasion manquée pour le Havre, qui s’explique peut-être par un petit déficit d’expérience au plus haut niveau…