À la UneActu D1L'Actu

D1 Arkema (J6) : le débrief’ de la redac’

Par 19/10/2020 08:49 février 22nd, 2021 No Comments
AMANDINE HENRY ©Ryszard Dreger
©Ryszard Dreger
Première victoire surprise pour Issy, un derby francilien haut en couleurs et une nouvelle défaite pour le Havre. Débrief de la sixième journée de D1.

On a aimé

La réaction d’Amandine Henry

37e minute. Amandine Henry vient d’ouvrir le score pour les Fenottes de l’OL. Elle célèbre en se bouchant les oreilles pour répondre à sa non-sélection en Équipe de France par Corinne Diacre. Alors que son clan, la directeur de l’OL féminin Olivier Blanc puis  sa représentante Sonia Souid, s’était chargé de montrer son mécontentement publiquement, elle, a préféré répondre sur le terrain. Après quelques minutes difficiles pour le collectif lyonnais, Henry fut l’une des premières à mettre son équipe dans le bon sens. À la 24e, elle s’est essayée de loin, sa frappe passant juste à côté. Ce n’était que partie remise, puisque sa tête croisée faisait mouche quelques minutes avant la mi-temps. Reine dans l’entrejeu et très à son aise dans l’organisation du jeu lors de cette ouverture de la sixième journée de D1 Arkema, la capitaine des Bleues – écartée pour le rassemblement qui débute lundi – a donc parfaitement réagi.

Le très plaisant derby francilien

La partie ne pouvait qu’être plaisante pour la 400e de Gaëtane Thiney en D1, un record. Elle aurait d’ailleurs pu ouvrir le score dès la 10e minute, si sa frappe n’avait pas été contrée in-extremis par la défense adverse. Deux minutes plus tard, la capitaine donnait un caviar à Clara Matéo pour l’ouverture du score (12e), puis était proche de faire le break quelques minutes plus tard sur une frappe qui frôlait le cadre (19e). De quoi bien lancer le derby. Mais l’internationale française de 34 ans -très active-, n’a pas été la seule à s’illustrer dans ce match riche en occasions. Excepté les espaces laissés sur le but parisien, la charnière de Fleury Julie Piga-Teninsoun Sissoko a été impériale toute la rencontre, contenant parfaitement les allants offensifs des attaquantes du PFC. Piga s’est même muée en passeuse décisive sur l’égalisation de la Franco-Américaine Céleste Boureille (28e). S’il n’y a pas eu de but en 2e période, le rythme n’a pas manqué, notamment dans le dernier quart d’heure où ça allait d’un but à l’autre. En fin de match, la rentrante Linda Sallstrom pensait d’ailleurs offrir la victoire au Paris FC d’un coup de casque. But finalement refusé pour une position de hors-jeu douteuse… (82e). Un spectacle à revoir ! 

Le ticket gagnant Froger-Teinturier à Issy 

20 buts encaissés et 2 buts marqués en 5 journées, Issy était de loin la pire défense et l’attaque la moins prolifique du championnat avant le coup d’envoi de son match contre Bordeaux, troisième meilleure attaque de D1. Pourtant, ce sont bien les Isséennes qui sont sorties vainqueures de la partie (3-1), bien aidées par l’expulson d’Estelle Cascarino peu avant la demi-heure de jeu. Pour ramener les premiers points de la saison, Yacine Guesmia a d’abord pu compter sur la magnifique performance de Solène Froger (22 ans) pour sa première titularisation dans les buts. La gardienne titulaire indiscutable de la montée en D1 a été impeccable sur sa ligne ou dans ses sorties (20e, 21e, 24e, 68e). Elle s’est aussi montrée à son aise dans sa communication avec sa défense.

Offensivement, la lumière est venue de Laurie Teinturier, auteure de 15 buts en D2 la saison dernière mais muette jusque-là en D1. Peu avant la mi-temps quand Bordeaux menait, c’est elle qui est venue égaliser d’une belle frappe enroulée aux 15 mètres (45e+2, 1-1). Dans le deuxième acte, alors que les débats étaient équilibrés, l’attaquante de 24 ans a permis à son équipe de prendre l’avantage après avoir éliminé la gardienne puis conclu seule devant le but (63e, 2-1). Esther Mbakem Niaro offrait définitivement la victoire à Issy en toute fin de match (88e). 

On n’a pas aimé 

Le manque de justesse technique lors de Reims-Montpellier

Intéressant sur le papier, le match opposant le Stade de Reims et Montpellier, deux équipes joueuses, est loin d’avoir tenu toutes ses promesses. Rapidement devant grâce au but d’Iva Landeka sur coup-franc (16e), les Montpelliéraines ont dominé les débats sans parvenir à prendre le large, la faute à un manque de justesse dans le dernier geste et l’avant dernière passe. Se procurant néanmoins les meilleures occasions, les joueuses de Frédéric Mendy butaient ensuite sur la gardienne américaine de Reims, Phallon Tullis-Joyce. En face, les Rémoises, adeptes du jeu rapide et des combinaisons en quelques touches de balle, faisaient preuve d’un inhabituel déchet. Le Stade en difficulté dans la construction du jeu, Kessya Bussy et Sonia Ouchène tentaient par leur vitesse d’apporter le danger dans la défense pailladine, mais elles tardaient souvent à lâcher leur ballon. Si les vingt dernières minutes étaient de meilleure facture, le score n’a pas évolué et ce match s’achevait sur un décevant 1-0 pour le MHSC. 

La première mi-temps stérile entre Paris et Soyaux

Habitué à se mettre rapidement à l’abri lors des dernières rencontres de D1, le Paris Saint-Germain a peiné à ouvrir le score face à son adversaire du jour. Contre des Sojaldiciennes très regroupées en défense, les Parisiennes ont multiplié les tentatives dans une première mi-temps à sens unique. Si Huitema et Brunn se sont d’abord illustrées, en vain, se sont ensuite Geyoro, Däbritz, et Katoto qui se sont essayées à la tâche sans plus de succès face à Romane Munich. Après 45 minutes d’effort, les joueuses d’Olivier Echouafni sont rentrées dans les vestiaires du stade Camille-Lebon sur un score nul et vierge.

Une note négative pour une rencontre qui s’est tout de même achevée sur le score de 3-0 en faveur des Franciliennes, grâce à des réalisations intervenues en seconde période. Configurée en 4-4-2, la formation de la capitale peut  nourrir de nombreux regrets et partage désormais le statut de meilleure attaque avec le leader lyonnais, tombeur de Guingamp en levée de rideau de cette sixième journée.

Le Havre toujours en difficulté

Pour Thierry Uvenard, l’ambition annoncée pour les deux prochains matchs était de ramener quatre points au Havre. Avec sa défaite ce week-end à Dijon, le HAC ne pourra pas plus remplir cet objectif. Longtemps menées 2-0, les Havraises ont débloqué leur compteur en fin de match, les laissant espérer le nul, en vain. Si le HAC avait fait un début de saison prolifique contre Issy, ses matchs face aux équipes bien installées en D1 Arkema ont été plus compliqués. Depuis le début de saison, Le Havre n’a remporté que son match face au promu et a enchaîné ce samedi une troisième défaite.

Le HAC, 10ème, se déplacera à Guingamp après la trêve internationale. Les Ciel & Marine auront donc deux semaines pour préparer leur match choc face à l’avant-dernier du classement. L’enjeu pour les Normandes : ramener des points et s’éloigner de la zone rouge avant les quatre très grosses semaines qui s’annoncent. Le Havre accueillera Bordeaux le 14 novembre puis se déplacera à Montpellier la semaine suivante. Pour finir l’année en beauté, les joueuses de Thierry Uvenard recevront le champion et vice-champion en titre, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain.