À la UneDivision 2L'Actu

D2 féminine, groupe B : Notre baromètre des favoris

Par 27/09/2020 09:00 No Comments
ASSE Saint-Etienne
©ASSE Officiel
Tout comme la D1 Arkema, la D2 a repris ses droits le premier week-end de septembre. Celle-ci est composée de deux groupes de douze pour seulement une accession par poule. Après celui du groupe A,  L’Équipière vous propose son baromètre des favoris de la poule B. 

Cette année sera-t-elle enfin celle de la montée de l’AS Saint-Etienne dans l’élite du football français ? Depuis 2017 et leur relégation dans l’antichambre de la D1, les Amazones ont enchaîné trois places consécutives de dauphine. Pour leur retour en D2, elles avaient d’abord terminé cinq longueurs derrière Dijon. Les coéquipières d’Audrey Chaumette avaient ensuite conclu l’exercice 2018-2019 de D1 une petite unité derrière Marseille, leader de la poule B avec 57 points contre 56 pour les Vertes. La suite, tout le monde la connaît. L’ASSE a terminé la saison 2019-2020 – raccourcie en raison de la pandémie du Covid-19 – à la deuxième place. Avec trois points de moins que Le Havre et un match en retard, les Stéphanoises ont vu la montée leur échapper pour une moyenne de points par match joué tout juste inférieure à celle des Normandes. (2,5 pour Le Havre et 2,47 pour l’ASSE). Une issue bien cruelle pour les joueuses de Jérôme Bonnet, invaincues en 15 rencontres. 

Malgré de multiples tentatives de recours pour tenter d’obtenir leur ticket pour la D1, c’est bien à Grenoble, à l’occasion du premier chapitre de la saison de D2 que les Amazones ont retrouvé les terrains. Avec une envie de gagner renforcée par les récents épisodes.

L’ASSE grandissime favorite

Sur le papier, ce groupe B de D2 semble assez déséquilibré, et largement à l’avantage des joueuses du Forez. Le groupe qui a touché de très près la porte de l’élite la saison dernière n’a pas beaucoup changé. Le coach Jerôme Bonnet peut notamment compter sur une défense qui n’a encaissé que neuf buts lors du dernier exercice (le meilleur total). Les cadres de l’arrière-garde stéphanoise Coralie Digonnet (21 ans), Morgane Martins (22 ans) et Léonie Multari (24 ans) ou encore Charlotte Gauvin (30 ans) sont restées. Recrue surprise de la fin du mercato, la défenseure américaine Cheyenne Shorts (22 ans) viendra compléter une défense très compétitive.

ASSE Saint-Etienne 2020-2021
©ASSE Officiel

Deuxième meilleure attaque la saison dernière (36 buts en 15 matchs), Saint-Etienne s’est aussi renforcé devant avec l’acquisition de l’ex-Marseillaise Cindy Caputo (21 ans), auteure de son premier but avec son nouveau club lors de la deuxième journée. Le quatuor de l’attaque version 2019-2020 Kelly Gago (21 ans), Pilar Khoury (26 ans), Laury Jesus (28 ans), Audrey Chaumette (23 ans) sera encore de la partie pour cette saison. En clair, aucune joueuse phare n’a quitté le club et l’effectif a été retouché avec quelques ajouts de marque, comme l’ancienne Montpelliéraine Manon Uffren (23 ans) au milieu de terrain. Bref, l’ASSE a tout pour poursuivre son impressionnante série de 29 matchs sans défaite en championnat. Elle est notre grandissime favorite. 

Rodez, dauphin favori

Dauphin de Issy les Moulineaux dans le groupe A la saison dernière, Rodez devrait encore jouer le rôle d’outsider très sérieux. Si quelques joueuses importantes comme Anne-Marie Banuta (28 ans), Coralie Austry (23 ans) ou encore Anaïs Chareyron (26 ans) sont parties vers de nouveaux horizons, d’autres ont débarqué dans le Midi. La jeune milieu girondine Axelle Touzeau (19 ans) y a par exemple été prêtée. Mais la principale recrue de ce mercato est l’attaquante Canadienne et ex-joueuse de Fleury Alexandria Lamontagne. Son début de saison est tout simplement canon (5 buts en 2 matchs). Celle qui a connu le niveau D1 pourrait jouer de mauvais tours aux défenses cette saison. Plusieurs joueuses à fort potentiel ont rejoint l’ancien pensionnaire de D1, notamment la jeune défenseure et grande espoir Laura Riquelme (19 ans), arrivée en provenance de Toulouse. La mayonnaise avait déjà bien pris l’année dernière, ça devrait encore être le cas.  

Evian et Nice, du renfort de qualité pour plus tard 

Evian et Nice ont connu de nombreux changements pendant l’été, révélateurs d’ambitions à court-moyen terme. Les deux clubs sont d’ailleurs dans des positions similaires. Plusieurs joueuses de niveau D1 ou haut de panier D2 les ont rejoints. Les anciennes Dijonnaises Alexia Trévisan (30 ans) et Tatiana Solanet (28 ans) – qui ont plus de cent matchs en D1 à leur actif – ont signé à Evian Thonon, tout comme les anciennes marseillaises Blandine Joly (20 ans) et Eva Sumo (26 ans). À Nice, Mélissa Godart (29 ans), Sarah Palacin (32 ans) ou encore Juliane Gathrat (24 ans) apporteront également leur expérience de la D1. Si Evian et Nice sont à coup sûr des équipes à suivre, cela devrait être trop court pour batailler avec le cador stéphanois. Ils pourraient disputer la deuxième place à Rodez. Les enjeux pour les clubs azuréen et haut-savoyard seront de gérer les egos et de bien intégrer leurs nouvelles joueuses expérimentées. À moyen terme, ces deux projets méritent la plus grande attention.

Marseille trop jeune, Albi la belle surprise

Si Marseille a gagné son premier match (2-1) à domicile contre le Puy, le groupe semble bien trop jeune pour jouer la montée cette année. Si les deux pépites de l’Équipe de France U20 Sarah Zahot et Jamila Hamidou (19 ans) sont restées, de nombreuses joueuses cadres ont quitté le groupe de Christophe Parra, comme Mickaëlle Cardia (20 ans), Sarah Palacin, Cindy Caputo, Candice Gherbi (25 ans) ou encore Tess Laplacette (21 ans). Les recrutements de Laura Rueda (21 ans) et Adélie Fourré (22 ans) devraient en partie combler ces départs, mais il faudra du temps pour que cette équipe progresse ensemble pour prétendre à une place de favorite. Il faudra d’ailleurs bien débuter l’exercice pour ne pas avoir à regarder derrière. C’est l’un des risques lorsqu’un groupe est trop inexpérimenté : si les défaites s’enchaînent, la dégringolade est vite arrivée. 

Dixième de D2 la saison passée, Albi a frôlé la relégation avec une seule unité d’avance sur Toulouse. Cet été, la direction a décidé de tout changer. Un mercato complètement fou avec de nombreux mouvements et un nouveau staff, mais deux premiers matchs et performances très accomplies. Quatre buts inscrits, zéro encaissé et six points au classement après deux journées. Le club du Tarn est donc la belle surprise de ce mois de septembre, et sa trajectoire sera à suivre. Évidemment, cela devrait néanmoins être trop léger pour jouer les tout premiers rôles, mais pourquoi pas un top cinq. 



Leave a Reply