À la UneActu D2L'Actu

D2 : toujours interdit d’entraînement, Yzeure monte au créneau

Par 16/11/2020 19:26 No Comments
Yzeure joie
Les joueuses d’Yzeure fêtent leur victoire contre Rodez ©Yzeure officiel
Plus d’une semaine après l’annonce d’une reprise possible des entraînements en D2, le FFYAA déplore un manque d’équité entre les clubs.

Voilà plus de deux semaines que les Yzeuriennes n’ont pas foulé un terrain de foot. Une éternité pour des joueuses de haut niveau. Après l’annonce de la suspension des championnats amateurs, le club, deuxième de D2, a été contraint d’arrêter ses activités sportives en raison du confinement. Mais depuis, la FFF a autorisé les équipes de D2 à reprendre les entraînements collectifs, à condition d’avoir une majorité de joueuses sous contrat fédéral. 

Malgré sa demande, le FFYAA n’a toujours pas obtenu d’autorisation pour redémarrer ses activités sportives, à l’inverse de la plupart des équipes. « Le club a pourtant pu justifier d’une douzaine de contrats entrant dans le champ d’application de ces dérogations, auxquels devraient s’ajouter les partenaires d’entraînement des joueuses concernées » expliquent les dirigeants dans un communiqué. 

Une montée en danger

Le club auvergnat tire donc la sonnette d’alarme. « Quand on s’intéresse au sport de haut niveau, on connaît les exigences physiques et mentales de la D2F et l’importance de la cohésion de groupe. Aussi, le maintien d’une interdiction de s’entraîner serait catastrophique pour le groupe de D2F », alors que l’équipe accueille dans ses rangs plusieurs joueuses internationales potentiellement en lice pour disputer les Jeux de Tokyo. « Il serait également vécu comme une profonde injustice et un manque de respect sur la situation professionnelle et sportive des joueuses. »

Deuxième de la poule B, Yzeure a réalisé un très bon début de saison et reste invaincu après six journées de championnat. Les Yzeuriennes, à deux points du leader stéphanois, peuvent même rêver de montée, elles qui évoluaient jusqu’en 2014 en D1. À condition, bien sûr, de pouvoir reprendre le chemin des terrains.