Euro 2022L'Actu

EURO 2022: les Bleues bousculées par l’Islande (1-1)

Par 18/07/2022 23:51 No Comments
En manque d’inspiration, la France a concédé un match nul contre l’Islande – ©UEFA
Déjà assurées de finir en tête du groupe D, les Bleues ont conclu leur phase de groupe ce lundi contre l’Islande par un nul décevant. Privées de Marie-Antoinette Katoto, les Bleues s’en sont remises à sa remplaçante, Melvine Malard, avant de voir leurs adversaires égaliser en toute fin de partie (1-1).

La vie sans Katoto

Pour son dernier match de poule, l’équipe de France a eu le droit à une importante rotation. Orpheline de Katoto, Corinne Diacre faisait le choix d’aligner Malard à la pointe de l’attaque aux dépens d’Ouleymata Sarr. 

Mais la numéro 12 n’était pas la seule nouveauté du soir.  En défense, Mbock cédait de nouveau sa place à Tounkara tandis que Bacha héritait de celle de Karchaoui. Toletti et Torrent retrouvaient également leurs postes, alors que Geyoro et Périsset siégeaient sur le banc

Malard en fanfare

Dès le coup d’envoi, les Bleues se mettaient en évidence. Il n’aura fallu que quelques secondes à Malard pour s’illustrer. D’une belle talonnade, la Lyonnaise adressait une passe à Matéo qui lui remettait instantanément le cuir.  Sans trembler, la native de l’île intense trompait la portière adverse (1’, 1-0).

Si les Bleues menaient, les Islandaises, toujours en course pour la deuxième place du groupe, n’abdiquaient pas. Sur une belle tête, Jonsdottir faisait trembler la transversale de Peyraud-Magnin. Peu enclines à développer leur jeu, les tricolores se contentaient de quelques accélérations de Baltimore pour apporter le danger dans le camp islandais. 

Malgré une possession largement en leur faveur, les Bleues rentraient aux vestiaires avec un seul but d’avance sur des Islandaises décomplexées, et très présentes dans les duels.

Des Bleues sans idées, l’Islande récompensées

Dans le second acte, la sélectionneure des Bleues misait sur la fraîcheur de Pallis et Cascarino, remplaçantes de Bilbault et Diani, pour dynamiser son jeu offensif. Sans succès, les Françaises peinaient toujours autant à inquiéter leurs adversaires. 

Les entrées de Geyoro et Karchaoui, en lieu et place de Toletti et Bacha, apportaient néanmoins un nouveau souffle chez les Bleues. Sur un service de Karchaoui, Malard pensait inscrire le but du break (68’), finalement invalidé par la VAR pour une position de hors-jeu.

Sa coéquipière parisienne a également cru creuser l’écart, avant que son but, consécutif à un centre de Matéo, ne soit refusé pour une faute de main. Dans leur malchance, les Bleues s’apprêtaient à voir le scénario du match tourner à leur désavantage.

Sur une dernière action, dans le temps additionnel, Ouleymata Sarr déséquilibrait Yrsa Jónsdóttir. Faute sifflée par l’arbitre, non sans une enième longue consultation de l’assistance vidéo. Sans sourciller, Dagný Brynjarsdóttir défiait victorieusement Peyraud-Magnin (90’, 1-1). 

Une égalisation méritée pour les Islandaises, qui n’aura pas suffit à les qualifier pour les quarts de finale, la Belgique s’étant imposée dans l’autre rencontre du groupe. Au terme d’un match terne et sans relief, les Françaises ont perdu leurs premiers points dans la compétition. Les lacunes dans l’animation offensive, apparues depuis le second match de poule, pourraient coûter cher face aux Pays-Bas, championnes d’Europe en titre, que les Bleues rencontreront samedi pour le premier match couperet du tournoi. Les protégées de Diacre devront quoiqu’il en soit afficher un tout autre visage, sous peine de voir leur rêve de titre s’envoler…

Leave a Reply