À la UneActu InternationaleL'Actu

Famalicão, un promu dans la cour des grands ?

Par 29/09/2020 10:40 septembre 30th, 2020 No Comments
« Nous sommes Famalicão », tag aux abords de l’Estádio Municipal – © Antoine Chossat / L’Équipière
Créée en 2019, promue dans l’élite en 2020, le FC Famalicão connaît une ascension rapide. Qui sont-elles ? Jusqu’où iront-elles ?
Éléments de réponse après la première journée de Liga BPI.

En un éclair. Cette expression est aussi pertinente pour décrire l’ascension du FC Famalicão que son début de match, ce dimanche 27 septembre. Il n’aura fallu que 24 secondes à Negrão pour trouver le chemin des filets et inscrire le tout premier but du club en Liga BPI, lors de cette première journée. 

Lancée en 2019, la section féminine du club du nord du Portugal, à 30 km de Porto, se veut très ambitieuse. Il n’y a pas vraiment de superlatif suffisant pour décrire leur saison dernière en seconde division, du haut de leurs 16 victoires en 16 matchs, 222 buts marqués et 3 buts encaissés, ponctuée également par une qualification en demi-finale de la Coupe du Portugal qui n’a pas pu aller à son terme. 

La capitaine brésilienne Gabi Morais, pilier de l’équipe la saison dernière, à la lutte en attaque © Antoine Chossat / L’Équipière

De nouveaux géants arrivent dans le football féminin

Douze minutes après le coup d’envoi, Solange vient doubler la mise en trompant la gardienne de but du Valadares Gaia, qui n’est malheureusement pas au bout de sa peine. Ce club de l’autre rive de Porto n’est pas un total inconnu du football féminin portugais, vainqueur de la Supercoupe en 2016 et trois fois finaliste de la Coupe du Portugal en 2013, 2016 et surtout 2019. Alors comment un finaliste de coupe en titre se retrouve-t-il dans ce genre de scénario face à un promu ? 

Situation offensive rapide pour le Fama © Antoine Chossat / L’Équipière

Une des réponses est que cela est loin d’être anodin au Portugal. On constate même une tendance avec l’émergence, saison après saison, des sections féminines de grands clubs masculins. Cette saison, sur les 20 clubs de Liga BPI, 7 ont une équipe également présente en première division masculine, contre 1 club sur 10 (Boavista) il y a 5 ans. En 2016, Braga et le Sporting débarquaient dans le jeu, finissant pendant 3 saisons aux première et deuxième places du championnat. Sporting-Braga était l’affiche de la finale de la Coupe du Portugal pendant deux ans, jusqu’à 2018-2019 et l’arrivée… du SL Benfica. Si la saison dernière, tronquée, n’a pas offert de vainqueur, c’est bien Benfica qui dominait le classement et sera le représentant portugais en Ligue des Champions cette saison. Entre ces trois-là et le reste du pays, il n’y avait pas photo. Famalicão est-il alors le suivant sur la liste ? Possible. 

La joie des Famalicenses au retour des vestiaires © Antoine Chossat / L’Équipière
Vitória Almeida (n°9), autrice d’un quadruplé, frappe vers les cages © Antoine Chossat / L’Équipière

Pendant ce temps, la recrue brésilienne Vitória Almeida expose son talent en survolant la défense adverse pour inscrire un quadruplé, dont un très joli retourné acrobatique. Le score est de 6 buts à 1 à la pause, Valadares avait réduit l’écart sur penalty. Elle est sur ce match le symbole d’un mercato très abouti pour les Famalicenses.

Huit arrivées à l’intersaison, avec des joueuses expérimentées (Mariana Azevedo, Andrea Mirón ou la gardienne Rute Costa) et des jeunes à fort potentiel (Vitória Almeida, Mylena Freitas). Cette saison voit aussi l’arrivée d’un nouveau technicien, João Marques, artisan de la montée en puissance de Braga et qui en 2018 avait rejoint… Benfica. 

La croissance de tout un club

Cette croissance est aussi à mettre en perspective par rapport à celle de tout le club et en particulier sa section masculine. Club historique mais toujours habitué aux divisions inférieures, il est racheté en 2018 par un milliardaire israélien, Ivan Ofer, également propriétaire d’un tiers de l’Atlético Madrid. Après une excellente saison en D2, ils sont promus en Liga NOS et réalisent un début de saison tonitruant pour terminer avec une belle sixième place, à 1 point de l’Europe. Le club se dote d’un centre d’entraînement super moderne, « l’Academia FC Famalicão », où se jouait la rencontre féminine de ce dimanche. 

Le reste du groupe et les dirigeants célébrant un but depuis les gradins © Antoine Chossat / L’Équipière

Lorsqu’on pose la question à une officielle du club, bâtir une section féminine pour le club était logiquement l’étape d’après dans leur développement. Avec ces éléments et une présence réussie sur les réseaux sociaux, Famalicão peut ambitionner d’être un grand au Portugal. Mais dans cette Liga BPI, où le principal adversaire au Nord est le SC Braga, on ne veut pas se comparer. Le mot sur toutes les lèvres est grandir, croître, se développer encore et toujours. 

Le sourire s’affiche sur les visages au coup de sifflet final © Antoine Chossat / L’Équipière

La seconde mi-temps est moins prolifique que la première, mais verra tout de même un but de deux grandes espoirs, Carolina Rocha et Mylène Freitas. 8-1 score final, le score le plus large de cette première journée. Au coup de sifflet final, les joueuses de Valadares Gaia, qu’on annonce comme candidates aux playoffs, quitte le terrain dépitées, alors que les Famalicenses restent sur leur pelouse pour débriefer et s’étirer. 

Le difficile après-midi de Valadares contraste avec la joie des Azuis e Brancas © Antoine Chossat / L’Équipière

À la fin du match, les Porsche et autres Jaguar des dirigeants quittent l’académie, le vrombissement de leurs moteurs venant couvrir ce son typique de la campagne portugaise, celui des chiens des maisons qui aboient. Famalicão jouera ce qui devrait être la finale du Nord le 1er novembre sur le terrain du SC Braga pour décider qui sera cette année adoubée ‘Queen of the North’