Avant-match

France – Norvège: un match pour la première place

Facilement victorieuses de la Corée du Sud, sur le score de quatre buts à zéro, les Bleues affrontent pour le compte de la deuxième journée du groupe A, leur poursuivant, la Norvège, vainqueur du Nigéria  trois buts à zéro, à l’Allianz Riviera.

Le premier grand rendez-vous des Bleues

Des étoiles sommeillaient dans les yeux des Bleues à l’issu du match d’ouverture de la Coupe du Monde au Parc des Princes. Devant plus de 45 000 spectateurs, la sélection française a réalisé une entame de compétition idéale.
Mais une seule consigne demeure dans les rangs français, freiner les élans d’enthousiasme. “Savourez, profitez de cet instant, mais gardez bien les pieds sur terre. Le chemin est encore long. On n’a encore rien gagné” tels étaient les mots de Corinne Diacre après la rencontre.

Attention donc à ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Premièrement parce que la Corée du Sud n’a étonnement proposé qu’une faible opposition lors du premier match et deuxièmement parce que tout n’a pas été parfait lors de cette rencontre, malgré un score très avantageux. La Norvège sera un adversaire d’un tout autre calibre. Les récentes vainqueures de l’Algarve Cup présentent des qualités physiques et une discipline tactique bien plus importantes que les asiatiques.

Une victoire qualifierait probablement les françaises pour les huitièmes de finales ce qui permettrait de laisser les cadres au repos contre le Nigéria tout en accordant du temps de jeu à d’autres joueuses qui n’auront pas encore eu l’opportunité de fouler la pelouse en ce début de compétition et les impliquer au maximum. « Une coupe du monde ça ne se gagne pas seulement à onze » annonçait déjà la sélectionneure fin mai, en marge du match amical contre la Thaïlande.

La Norvège : atteindre un échelon supplémentaire

Si la Norvège a bien un objectif, il s’agit de celui de se qualifier avec la manière pour les huitièmes de finale. Pour ce faire, elle devra réitérer ses récentes performances contre la nation hôte. A l’aise techniquement contre les joueuses de Thomas Dennerby, les Grasshopers auront fort à faire pour ravir la première place du groupe aux tricolores.

Bien organisées dans l’axe du jeu, elles pourraient rencontrer davantage de difficultés sur les côtés avec des joueuses rapides comme MajriCascarino, ou encore Diani.

Un match dans le match : Amandine Henry et Caroline Graham Hansen, la bataille du milieu de terrain

Buteuse et passeuse décisive contre la Corée du Sud, la capitaine du Bleue semble bien en jambes en ce début de compétition. Très active dans l’axe, elle aura affaire à une sérieuse cliente ce mercredi en la personne de Caroline Graham Hansen, qui a régulé le jeu norvégien lors du match qu’elle a survolé contre le Nigéria. Gestes techniques de classes, passes en profondeurs ajustées, elle étalé qu’une simple facette de sa panoplie de footballeuse. Un beau duel technique et physique en perspective.

Informations pratiques :

Mercredi 12 juin 2019 à 21h, Allianz Riviera (Nice)
Diffusion : TF1 et Canal+

Après-match

La France joue à se faire peur

Victorieuses pour leur deuxième match de poule (2-1), les Bleues ont longtemps buté sur une vaillante équipe de Norvège, dont elle sera venue à bout qu’en seconde période, pour conserver la tête du groupe A.

Une équipe de France bousculée

L’euphorie du match d’ouverture au Parc des Princes retombée, les tricolores disputaient leur premier test d’envergure du mondial. D’entrée, les hôtes du tournoi sont bousculées par des norvégiennes totalement décomplexées. De part et d’autre, chaque équipe tente d’aller vers l’avant. Côté bleu, Kadidiatou Diani, très présente sur son couloir peinait à trouver ses coéquipières dans l’axe face à une défense bien organisée, renvoyant la plupart des ballons français. La première mi-temps se concluait donc sur le score logique de 0-0.

Un retour des vestiaires tonitruant

Au retour des vestiaires, les joueuses de Corinne Diacre n’ont pas perdu la moindre minute. Il n’aura fallu que quelques secondes à Valérie Gauvin pour enfin trouver la clé. Sur un centre d’Amel Majri, la Montpellieraine ouvre le score d’un plat du pied imparable. A la peine dans le premier acte, l’attaquante a su rebondir au meilleur moment.

On croit alors le match des tricolores enfin lancé face à un adversaire légèrement assommé. Plusieurs offensives, tantôt initiées de Diani ou tantôt par Le Sommer font frétiller les spectateurs de l’Allianz Riviera. C’était sans compter sur des Grasshoopers aux aguets.

“Second poteau Renard…”

Moins de dix minutes après l’ouverture du score, la sélection de Martin Sjögren revient à la marque. Sur un débordement puis un centre de Lehn Herlovsen, Wendie Renard, héroïne de tout un pays vendredi dernier, détourne malencontreusement le ballon dans les filets de Sarah Bouhaddi. Tout est alors à refaire. C’est dans la difficulté que l’on reconnait les équipes de caractère, et les françaises ont répondu positivement au test. À force de persévérance, les Bleues ont su se créer des opportunités. Après une faute sur Marion Torrent, confirmé par le VAR, l’éternelle sauveuse Eugénie Le Sommer s’est chargée d’inscrire le penalty synonyme de victoire (2-1, 72e).

Un match à retenir, pour mieux avancer

Bien que le résultat final permette à la sélection française de se maintenir en première place du groupe A et de creuser son avance sur la Norvège, la prestation collective reste toutefois loin du niveau attendu.

L’équipe de France, bien trop souvent coupée en deux, en partie à cause d’un milieu de terrain bien moins rapide, ne posant pas le pied sur le ballon et trop hésitant à tirer devant le but, a beaucoup peiné durant la rencontre. Le décalage chronique entre la ligne d’attaque et les pensionnaires de l’entrejeu empêchant alors les centres de trouver preneuse. Aussi, les Norvégiennes ont eu bien souvent le loisir d’exploiter les espaces laissés, notamment en raison d’un replacement défensif trop lent.

Pour le dernier match de poule, Corinne Diacre faire tourner, notamment au milieu de terrain, et s’offrir peut être, des choix plus offensifs. Gaëtane Thiney, parfois dépassée, cédera-t-elle sa place à Grace Geyoro ou une autre coéquipière ?

Informations pratiques :

Prochain match de la France : Lundi 17 juin 2019 à 21h, France – Nigéria, Roazhon Park (Rennes)
Prochain match de la Norvège : Lundi 17 juin 2019 à 21h, Norvège – Corée du Sud, Stade Auguste Delaune (Reims)