Actu D2L'Actu

François Cormier-Bouligeon (Député du Cher) : «On ne peut pas être privé de D2 sur tapis vert quand on a brillé sur le terrain toute la saison »

Par 06/06/2020 16:00 No Comments
François Cormier-Bouligeon (Député LREM du Cher)
Fin avril les voix des clubs de R1 se sont élevées contre la décision de la FFF d’annuler les barrages d’accession en D2. Les clubs ont depuis reçu l’appui de 16 députés. François Cormier-Bouligeon, député du Cher, revient pour l’Équipière sur les raisons de ce soutien inédit.

Le 16 avril dernier, après un mois d’arrêt de compétition en raison de la crise sanitaire, la Fédération Française de Football prenait la décision de mettre fin à toutes compétitions. Suite à cette décision, l’habituelle phase de barrages d’accession à la D2 féminine,  regroupant 24 clubs (les  2 clubs de D2 ayant fini au 10ème rang de leur poule, les 22 équipes en tête de leur poule régionale), était annulée. Sur la base d’un classement complexe la Fédération avait chargé quatres Ligues (Auvergne Rhône-Alpes, Occitanie, Grand Est et Nouvelle Aquitaine) de désigner les quatres équipes de R1 qui évolueront en D2 l’an prochain. 

S’estimant lésés, les clubs de R1 qui auraient dû prendre part aux barrages d’accession se sont très vite mobilisés pour faire entendre leur voix auprès de la FFF avant la désignation des promus. Parmi eux, le FC Evreux FC 67 a lancé une pétition en ligne en faveur à court-terme de la création d’une troisième poule temporaire de D2 et à moyen-terme de la restauration d’un troisième échelon national, la D3. Malgré près de 5000 signatures, et l’envoi de trois courriers à la Fédération (les 21 et 24 avril et le 4 mai), le club de l’Eure-et-Loire a reçu une réponse négative par courrier le 20 mai dernier, la FFF  lui rappelant les décision prises lors des comités exécutifs d’avril et mai. 

Depuis, les montées en D2 du Puy Foot 43, du FCE Arlac-Mérignac, du RCSA Strasbourg et du FF Nîmes MG ont en lieu et place du Toulouse FC, du Bergerac Périgord FC, du Amiens SC et du Racing Club Saint-Denis ont été officialisées. Face à la polémique, les clubs de R1 ont vu leur demande appuyée par seize députés, qui ont eux-aussi réclamé, par courrier à la FFF,  une troisième poule de D2 pour la saison prochaine. A l’initiative de cette démarche, le député du Cher, François Cormier-Bouligeon, a accepté de faire un point sur la situation.

«Monsieur le Député, avez-vous été sollicité par les clubs directement pour faire pression sur la FFF ? 

Nous avons été sollicités par le Bourges 18, un club de ma circonscription. Les joueuses de ce club avaient réalisé un sans-faute sur toute la saison. À l’arrêt du championnat, elles étaient premières de leur poule et elles auraient donc dû disputer les barrages avec une vraie chance d’accéder à la D2. La décision de la FFF a brisé leurs rêves. C’est une véritable injustice et nous nous devions de réagir collectivement. On ne peut pas être privé de D2 sur tapis vert, quand on a brillé sur le terrain toute la saison !

Comment s’est formé ce groupe de 16 députés pour l’écriture d’un courrier commun à la Fédération ?

J’ai réuni les députés élus dans les départements où évoluent les clubs lésés par la décision de la FFF. Nous avons un combat commun à mener : celui de la défense du sport amateur. 

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à directement à la FFF ?

Le confinement a impliqué des sacrifices importants pour notre sport amateur. L’arrêt des championnats en a été un. Néanmoins, ces décisions difficiles doivent être compensées par des innovations à même de renforcer et de développer le football féminin. Les championnats nationaux masculins comptent 5 niveaux où évoluent 250 équipes, de l’autre côté les féminines n’ont que 2 niveaux et 36 équipes. Une fédération qui souhaite défendre le football féminin doit permettre aux équipes qui ont gagné sur le terrain d’obtenir leurs accès au niveau supérieur.

« Cette période doit être propice au développement de la confiance entre la FFF et ses clubs. Le sport amateur doit avoir son mot à dire dans les décisions. »

 Avez-vous reçu une réponse depuis  ?

 Je n’ai pas reçu de réponse de la part de M. Le Graët. Je suis président du Groupe d’études Sport à l’Assemblée nationale. Depuis trois ans, je n’ai jamais eu aucune réponse de sa part. C’est surprenant de la part d’un homme qui a exercé des mandats locaux et qui devrait avoir le respect des députés comme nous, nous respectons les dirigeants de fédération ! Mais je ne suis pas susceptible et le plus important est ailleurs. Cette période doit être propice au développement de la confiance entre la FFF et ses clubs. Le sport amateur doit avoir son mot à dire dans les décisions.

 En cas de rejet, d’autres recours sont-ils envisagés pour soutenir les clubs ?

C’est aux clubs de s’engager dans des démarches juridiques. Pour notre part, nous voulons favoriser le dialogue quand cela est possible. La FFF peut prendre une bonne décision en créant cette troisième poule de D2 qui renforcerait le football féminin dans le paysage sportif français. Ce serait idiot de s’en priver !

À terme, si une troisième poule de D2 ne voit pas le jour la saison prochaine, envisagez-vous de poursuivre cet engagement pour faire renaître à moyen-terme la D3 ? En sachant que le retour de la D3 divise même les clubs de R1…

J’ai indiqué à M. Le Graët que si la décision de créer une troisième division tait trop difficile, la création d’une troisième poule pouvait être une bonne option transitoire. La création d’un troisième niveau devra ensuite être décidée dans un cadre concerté pour être certain que c’est une bonne décision sportive et économique.»