À la UneActu D1L'Actu

Frédéric Mendy: “Il faut retrouver une bonne dynamique et gagner des matchs”

Par , 05/02/2021 10:00 février 22nd, 2021 No Comments
Frédéric Mendy, entraineur du MHSC depuis 2019. Crédits : MHSC
À la veille du choc face à Lyon, Frédéric Mendy, le technicien du MHSC s’est entretenu avec l’Équipière. Match face à l’OL, saison en cours et difficultés de son équipe, l’entraineur Occitan revient sur les enjeux de la saison.

Ce week-end, vous vous déplacez à Lyon, 2e du championnat. Réaliser un bon match face à cette équipe peut être un moyen de se rassurer pour la suite ?

Notre principal enjeu aujourd’hui ça va être le championnat puisque on a perdu en coupe. Lyon c’est une équipe qui n’est jamais facile à jouer. Elles sont revanchardes après leur performance à Paris où elles ont perdu et elles ne peuvent plus laisser des points en route. C’est une situation qu’elles n’ont pas l’habitude de vivre donc si on a un petit pourcentage de chance il faudra bien l’exploiter. Parce qu’elles ont l’habitude d’être toujours poursuivies et là elles se retrouvent poursuivantes, ça n’est pas évident.

Quelles pourraient être les clés du match ?

Ne pas perdre les ballons dans l’axe car on sait que l’OL sait jouer en transition rapide. Il faudra aussi faire attention à ne pas trop jouer les laisser, c’est une équipe qui aime avoir la possession du ballon. Quand on les laisse jouer, les Lyonnaises peuvent faire très mal. Nous devrons être présents sur tous les ballons et ne jamais relâcher. 

Au match aller, vous vous êtes inclinés 5-0 à domicile, quelle(s) leçon(s) avez-vous tiré de cette rencontre ? 

Il n’y a pas beaucoup de choses à tirer de ce match…Nous avions une équipe remaniée : six titulaires n’ont pas pu jouer (Petterman, Putingam, Shmitz, Torrent,…), trois ou quatre joueuses dont c’était le premier match, on a dû changer de système. Ce n’était pas évident de rivaliser alors qu’il nous manquait autant de titulaires. On savait que le match allait être éprouvant. 

« Pour moi, Saki est, à son poste, la meilleure joueuse du monde »

Demain, vous allez retrouver une joueuse que vous connaissez bien, Sakina Karchaoui. Quel regard portez-vous sur sa montée en puissance ces dernières années ? 

Sa montée en puissance ne m’étonne pas du tout. Pour moi, Saki est, à son poste, la meilleure joueuse du monde. Je l’ai eu en tant que joueuse, c’est une fille exceptionnelle : dans ses qualités individuelles mais aussi dans ce qu’elle peut apporter au collectif sur le terrain. Quand elle est arrivée à Lyon, elle s’est rapidement intégrée !  La dernière finale de Ligue des Champions remportée par Lyon est, selon moi, remportée en grande partie grâce à Sakina Karchaoui. C’est toujours délicat de jouer contre une joueuse que l’on a formé. Malgré tout, en étant un peu égoïste, on se dit qu’on est content d’avoir pu aider cette joueuse à grandir, on se dit qu’on a fait du bon boulot. 

Depuis la reprise de la trêve hivernale, Montpellier n’est pas dans les meilleures dispositions. 1 point en deux matchs de championnat… Comment l’expliquer et rebondir sur ces performances ? 

Le match contre Lyon sera un plus, ce n’est pas sur ce match-là que l’on va se relancer. Mais c’est sur le respect des consignes, faire le moins d’erreurs possibles, que l’on peut se rassurer. Notre début d’année est très difficile et nous avons perdu trop de points. Il faut que l’on soit plus tueurs sur le terrain. Contre Guingamp on aurait dû mettre deux buts avant la mi-temps…à l’arrivée on perd le match 4-1. Nous devons être meilleurs devant mais aussi en défense. C’est difficile pour nous le staff mais aussi et surtout pour les joueuses, les efforts ne sont pas récompensés.

C’est malheureusement une tendance assez globale: Montpellier n’arrive pas à retrouver ses standards cette saison. Moins de buts marqués, plus de buts encaissés et déjà plus de défaites que la saison dernière. Que manque-t-il au club cette année ? 

J’aimerais bien le savoir ! Sinon on n’aurait pas perdu (rires). Issy et Guingamp sont des équipes que l’on battait l’année dernière. Cette saison il n’y a que quatre matchs dans lesquels nous n’avons pas encaissé de buts alors que l’année dernière, nous avions un bien meilleur ratio. Les années se suivent et ne se ressemblent pas. Il faut que l’on réussisse à gagner, prendre des points et remettre tout le monde à l’endroit. 

« Nous avons perdu des joueuses qui avaient de l’expérience et récupéré d’autres qui en ont moins. »

L’été dernier, le MHSC a vécu quelques coups durs avec les départs groupés de Sandie Toletti, Sakina Karchaoui et Valérie Gauvin. Toutefois, le club s’est renforcé avec des recrues internationales de qualité. Quel est votre bilan sur le mercato estival après un peu plus d’une demi saison jouée ? 

On perd quand même trois joueuses à des postes clés et Karchaoui est irremplaçable. Nous avons perdu des joueuses qui avaient de l’expérience et récupéré d’autres qui en ont moins. Après ce n’est pas une excuse, les matchs il faut les faire, les jouer et les gagner. Nous avons recruté beaucoup d’étrangères, il y a donc la barrière de la langue. La D1 Arkema est un championnat assez relevé, il faut que ces joueuses s’adaptent à cela. Même si Paris et Lyon dominent le championnat, derrière, beaucoup d’équipes peuvent rivaliser, il y a de la concurrence.  

On le sait cette année la 3ème place de D1 est qualificative pour la Champions League. Vous êtes à 6 points de Bordeaux qui commet peu d’erreurs cette saison. La qualification est-elle toujours dans un coin de votre tête

C’est effectivement l’objectif que l’on s’était fixé. On est à six points c’est une réalité. Maintenant, il faut passer par des étapes. La première est de prendre de l’avance sur les équipes derrière nous, gagner nos matchs, se mettre à l’abri derrière pour pouvoir attaquer devant. Bordeaux n’est pas à l’abri de faire un faux-pas, la tendance peut rapidement s’inverser.

Le week-end dernier, votre équipe a été éliminée de la Coupe de France par Issy 92. Malgré la déception, cela va peut-être vous permettre de vous concentrer à 100% sur le championnat ? 

Garder la Coupe aurait été intéressant car cela nous permettait de jouer des matchs. La Coupe de France est importante pour tout le club, se faire éliminer dès le premier tour ce n’est pas normal. On avait toutes les cartes en main mais nous sommes passées à travers, c’est comme ça. Ce sont des erreurs que l’on fait, nous le staff, ce sont des erreurs collectives.  

À lire aussi : D1 Arkema, vers une phase retour à suspens !