À la UneActu D1L'Actu

D1 Arkema – GPSO 92 Issy : le coach limogé ? Les joueuses s’insurgent

Par , , 18/02/2021 22:09 février 22nd, 2021 No Comments
Guesmia GPSO
Yacine Guesmia, entraîneur de l’équipe D1 du GPSO Issy
Ce jeudi 18 février, le directeur technique et la direction du GPSO 92 Issy ont annoncé aux joueuses de D1 le renvoi de leur entraîneur, Yacine Guesmia. Sous le choc, les joueuses dénoncent une politique sportive incohérente.

Des résultats sportifs en cause

Petit poucet de cette saison de D1, le GPSO 92 Issy semblait doucement sortir la tête de l’eau ces dernières semaines. Après une victoire en Coupe contre Montpellier (2-1) puis une autre contre Dijon en championnat (1-0), le club semblait enfin s’approcher de la sortie de la zone rouge (ndlr, le club est 11ème de D1 Arkema  à égalité de points avec Soyaux).

C’est donc avec stupeur que les joueuses ont accueilli, ce jeudi soir dans les vestiaires du stade Le Gallo, la nouvelle du limogeage à venir de leur entraîneur. La direction et le directeur technique, Alexandre Barbier,  ont expliqué souhaiter « apporter du renouveau » pour assurer le maintien de l’équipe dans l’élite du football féminin français. 

Mais la nouvelle, qui intervient après la trêve hivernale, est bien loin de susciter l’adhésion des franciliennes et de leur staff.

« Le Havre a changé de coach mais en décembre, ce qui leur a laissé toute la trêve pour se préparer »

Un timing incompréhensible

Désabusées, les joueuses expriment leur incompréhension : « On était dans une bonne dynamique, avec 2 victoires, 1 nul et 1 défaite  sur 4 matchs en 2021 ! » Alors que l’équipe semblait enfin remonter la pente, elles estiment que le moment est mal choisi : « Sur les derniers matchs on avait une envie tous ensemble d’aller chercher des points, et de se maintenir tous ensemble, et on avait trouvé la stabilité que l’on cherchait depuis le départ. » Les joueuses ont tout de suite exprimé leur désaccord : « C’est scandaleux de remettre la faute sur le coach », ont-elles déclaré pour défendre un entraîneur qui est parvenu à hisser le club de la DH (2016) à la D1 (2020) avec des moyens plus que réduits et étant souvent contraint de faire du bricolage.

Les Isséennes mettent notamment en cause la politique sportive du club, jugée trop incohérente pour un club qui souhaite, selon ses propres dires, se maintenir: « Vous aviez d’autres leviers d’actions pour nous aider à nous maintenir, bien avant ». Pour les joueuses le message est clair : « De toute façon, on a compris que ce n’est pas le maintien qui compte pour vous (sic) ». Le club avait en effet une enveloppe suffisante pour se renforcer cet hiver.

Cependant, les joueuses estiment que ces fonds ont été très mal utilisés, au regard d’un mercato d’hiver jugé bancal. « On nous avait dit que des filles arriveraient à la trêve et 18 jours après la fin du mercato, il n’y a eu que deux arrivées et pas forcément au bon poste. » Dans les buts, Laëtitia Philippe est arrivée, et une autre gardienne devrait lui emboîter le pas, alors que le club disposait déjà de deux gardiennes performantes avec Solène Froger et Pauline Moitrel. Dans le champ, à l’exception de Laurine Pinot, aucune autre joueuse n’a rejoint les Chouettes, pourtant limitées en nombre.

Le départ du directeur sportif inéluctable ?

Dans une ambiance houleuse, les joueuses n’ont pas hésité à prendre la parole : « Vous prenez des décisions en pensant faire du bien, mais vous n’apprenez pas de vos erreurs. Quand vous virez un coach, en général, ça se finit sur une descente. » Pour rappel, David Remisse avait été renvoyé dans les mêmes conditions à la trêve hivernale lors de la saison 2012-2013, première du FF Issy en D1. De même, Nicolas Gonfalone avait été remercié suite à la descente du club en D2 à l’été 2015, ce qui n’avait pas évité une nouvelle descente du club isséen, jusqu’en DH cette fois. Cette décision de la direction isséenne passe d’autant plus mal auprès des joueuses, que le remplaçant pressenti ne s’est pas assis sur un banc de D1 depuis plusieurs années. 

Alors que le GPSO 92 Issy lutte pour s’extirper de la zone rouge, cette décision pourrait bien couper les ailes de Chouettes en plein vol vers un hypothétique maintien historique dans l’élite. Que la décision de renvoyer Yacine Guesmia se confirme ou non, le lien entre le terrain et les bureaux apparaît définitivement rompu : «Vous nous faites pas confiance et on ne peut plus avoir confiance. » D’ailleurs, agacées par la mauvaise gestion du club, plusieurs Isséennes se disent favorables au départ d’Alexandre Barbier, directeur sportif. Ambiance…