À la UneActu Coupe de FranceActu D1 ArkemaL'Actu

Jean-Luc Vasseur : « C’est par les matchs et par la compétition qu’on verra si le travail a été bien fait »

Par 01/08/2020 01:40 août 2nd, 2020 No Comments
Jean-Luc Vasseur
Jean-Luc Vasseur, entraîneur de l’OL depuis l’été 2019 – ©Dominique Mallen
À la veille du retour de la compétition, l’entraîneur de l’OL s’est confié lors d’un long entretien accordé à l’Équipière. L’état des troupes, la préparation, le mercato, les blessées, les jeunes, Jean-Luc Vasseur fait le point. 

« Jean-Luc Vasseur, dans quel état d’esprit sont vos joueuses avant ce match de Coupe de France ?

Elles sont contentes d’avoir retrouvé l’entraînement et les matchs amicaux, mais impatientes de pouvoir en découdre sur des matchs officiels. Elles ont beaucoup travaillé, je ressens une grande volonté chez elles. 

Comment sont-elles physiquement, les sentez-vous prêtes ? 

Il y a eu trois mois d’interruption, donc je ne sais pas si elles ont 90 minutes de haute intensité dans les jambes. Notre premier match officiel va leur donner cette possibilité, mais elles sont bien physiquement et dans leur tête.

Vous êtes largement favoris contre Guingamp, qu’est-ce qu’il faudra à tout prix éviter ? 

La Covid-19 a redistribué les cartes. On a aussi perdu Griedge M’Bock (ndlr : rupture du tendon d’Achille). Après l’interruption, il va falloir réapprendre plein de choses. On est favoris parce qu’on est tenants du titre et parce qu’on est l’OL, mais ce n’est pas avec un statut de favori qu’on va battre Guingamp. Il faudra mettre les bons ingrédients sur le terrain, je pense avoir d’excellentes joueuses, elles feront le job.

« Quand vous êtes tenants du titre de la Champions League, de la Coupe de France, du Championnat de France, du Trophée des Championnes, de la Women’s ICC, vous devez être toujours performants »

Les recrues qui n’ont pas joué la Coupe de France avec un autre club cette saison sont autorisées à jouer. Sara Gunnarsdóttir -qui a fait forte impression sur les matchs amicaux- est donc disponible. Va t-elle prendre part à la partie ? 

C’est possible, elle prétendra à une place, comme d’autres. À l’OL on n’est pas loin de pouvoir faire deux équipes. Elles seront en concurrence mais il y en a seulement onze qui démarreront. J’ai aussi la possibilité de faire cinq changements, je ne m’en priverai pas.  

Carpenter n’a pas joué en amical, est-ce pour remettre Lucy Bronze en forme pour les échéances estivales ?  

Il n’y a pas besoin de remettre Lucy Bronze en forme, elle l’est toujours. Ellie a une petite blessure aux quadriceps, elle est actuellement en réathlétisation. 

Confirmez-vous d’ailleurs les départs de Lucy Bronze et Alex Greenwood à la fin de l’été ?

Je ne confirme rien du tout, on est dans le football, tout est possible. Sarah Bouhaddi et Dzsenifer Marozsan avaient la possibilité de partir, mais pour le bien de tout le monde, elles ont préféré rester. On est dans la même situation avec Lucy (Bronze) et Alex (Greenwood). À ma connaissance, s’il n’y a pas de pré-contrat avec d’autres clubs, je me garde la possibilité de les conserver. On verra ça après la Coupe de France et la Ligue des Champions. 

Si elles restent, cela ne risque pas de faire embouteillage avec les arrivées de Sakina Karchaoui et Ellie Carpenter ? 

Quand vous êtes tenants du titre de la Champions League, de la Coupe de France, du Championnat de France, du Trophée des Championnes, de la Women’s ICC, vous devez être toujours performants. Elles sont toutes internationales, quand Ellie (Carpenter) va devoir répondre à la sélection australienne, elle va faire 23h de vol avec 11 heures de décalage horaire, il faut préserver l’intégrité physique des joueuses tout en continuant à être performants. 

Sakina Karchaoui arrive t-elle pour jouer latérale ou milieu ? Comment comptez-vous gérer la concurrence avec Selma Bacha ?

À droite, entre Carpenter, Bronze, Cayman, on a besoin de tout le monde pour faire une saison complète. C’est pareil à gauche, pour Karchaoui, Bacha et Greenwood. Karchaoui est une excellente joueuse, elle sait jouer à tous les postes sur le côté. Elle sort d’une très belle saison avec Montpellier en position de milieu gauche. Elle est devenue titulaire en Équipe de France latérale gauche, tant mieux, elle nous donne beaucoup d’options dans le jeu. Bacha évolue bien, elle sera peut-être une candidate plus tard à l’Équipe de France.

Que retenez-vous des stages à Tignes puis en Pologne ?

Les joueuses ont montré un très bel état d’esprit avec une belle intégration pour les nouvelles. Ça montre la qualité des joueuses et des personnes. Tout ça est bien beau, mais c’est par les matchs et par la compétition qu’on verra si le travail a été bien fait. 

On a senti vos joueuses monter en puissance entre le premier match contre Konin et le dernier contre Górnik. 

Ce qui était intéressant, c’est que la plupart des filles ont pratiquement toutes joué. C’était bien de voir les jeunes issues de l’Académie OL et d’autres qu’on a recruté. Elles ont pu se montrer, s’intégrer et prendre de l’expérience au sein de l’équipe. On a eu plusieurs types de confrontations. Les champions de Pologne ont joué crânement leurs chances et nous ont permis d’ouvrir un peu plus le jeu.

joueuses OL Vasseur
Les joueuses de l’OL écoutent attentivement les consignes de coach Vasseur – ©Dominique Mallen

En Pologne, Amandine Henry n’a joué qu’un match et Shanice Van de Sanden aucun, problème physique ? 

Oui il y a eu un peu de bobologie, mais rien d’anormal. Amandine nous a montré qu’elle était en pleine forme sur le dernier match qu’elle a disputé. Shanice aussi était blessée, mais on avait un staff de qualité, ce qui nous a permis de la suivre pendant ce stage-là. 

« Je pense que quelques clubs en France, comme Lyon, sont en capacité de faire mûrir des joueuses en les prêtant»

Les matchs amicaux ont permis de faire jouer plusieurs jeunes. Faut-il s’attendre à les voir être prêtées, redescendre en U19, voire jouer en D1 ?

L’organisation du football féminin aujourd’hui ne permet pas aux U19 de pouvoir prétendre à jouer tout de suite à Lyon avec l’exigence et le niveau requis. Elles ont déjà fait la préparation avec nous, c’est déjà une bonne chose. Peut-être que dans la saison, elles repartiront avec les U19, on avance sur des prêts qu’on a bon espoir de concrétiser.

Aimeriez-vous dépasser la limite de quatre prêts ?

On aurait aimé participer davantage à la progression nos jeunes joueuses mais aussi les prêter à des clubs. Si on pouvait augmenter à cinq, ce serait déjà bien. Je pense que quelques clubs en France, comme Lyon, sont en capacité de faire mûrir des joueuses en les prêtant. Ça aiderait aussi les autres clubs. On aimerait aussi augmenter le nombre d’extra-communautaires autorisées, aujourd’hui on est limités à trois, c’est dommage, on pourrait passer à quatre.

Dans le sens des arrivées, le mercato est-il terminé ?

Non, il n’est jamais terminé. Il y a des joueuses qu’il faut remplacer. Il faut réfléchir, voir ce qu’il est possible de faire. Aujourd’hui, les deux joueuses majeures que sont M’Bock et Hegerberg ne sont pas disponibles.

Ada Hegerbeg en plein action ©Guillaume Charton

Comment évolue la blessure d’Ada Hegerberg, pensez-vous la revoir bientôt sur les terrains ? (ndlr : la Norvégienne s’est rompu les ligaments croisés du genou droit)

Ça ne dépendra pas de moi, peut-être même pas d’Ada, mais de l’évolution de son genou, c’est quelque chose qu’on ne maîtrise pas. Je l’ai vue bien travailler en Pologne. Ça avance mais c’est très aléatoire. Il peut y avoir une pathologie qui vient s’ajouter, un genou qui gonfle. Dans ces cas-là, on a tendance à ralentir le travail, parce que c’est mauvais pour la joueuse.

Il y a donc peu de chances qu’elle soit disponible pour la Ligue des Champions ?

On ne sait pas pour le moment, on ne s’interdit pas qu’elle soit là.

Les grosses écuries européennes se renforcent. Comment y réagissez-vous ? 

On travaille beaucoup pour garder notre avance. Les moyens financiers et structurels ailleurs font qu’effectivement, il faut qu’on s’inquiète. Comme en Formule 1, il  y a toujours un leader en pôle position et une meute de voitures derrière qui s’organisent pour le ratrapper et le doubler. On ne se laissera pas faire, mais on sent les voitures très proches derrière nous.

Vous devez disputer un tournoi amical mi-août. Confirmez-vous que OL Reign ne pourra pas venir ? Quelles seront les équipes présentes ?

On travaille sur un tournoi qui pourrait avoir lieu le 13 et le 15 août. Ce sera sans OL Reign, c’est dommage, on aurait aimé les recevoir à Lyon dans la maison-mère. Ça aurait été enrichissant pour eux et pour nous. Je crois qu’il y aura des équipes françaises et étrangères, mais c’est difficile de trouver des adversaires avec les restrictions sanitaires.

Que reste-t-il à travailler d’ici fin août ? Pensez-vous être à 100% le 22 pour le Bayern ?

(Il sourit). Il nous reste beaucoup de choses à travailler. Il faudra être prêts le 22 août. On a les moyens pour reprendre notre titre qui est en jeu. »