À la UneÉquipe de FranceL'Actu

La révolte des cadres face à Diacre: ou comment l’Équipe de France féminine a failli connaître son “Knysna”

Par 14/07/2020 17:00 No Comments
©photo : Franck FIFE/AFP, Archives FFF
©photo : Franck FIFE/AFP, Archives FFF
Si les tensions entre les joueuses de l’Équipe de France et leur sélectionneure Corinne Diacre ne datent pas d’hier, France Football révèle aujourd’hui que les Bleues ont bien failli, en août 2019, imiter la mutinerie de leurs homologues masculins en Afrique du Sud en 2010. Retour sur ce vrai-faux «Knysna des féminines».

En dépit de l’élimination des Bleues en quart de finale du mondial, Corinne Diacre a été maintenue jusqu’à l’Euro à son poste de sélectionneure de l’Équipe de France par Noël le Graët. Cette décision du président de la Fédération a surpris nombre d’observateurs, l’objectif sportif fixé pour la Coupe du monde en France, à savoir une finale minimum, n’ayant pas été atteint.

Des déclarations qui ne passent pas

Si le maintien en poste de Corinne Diacre a interrogé les spécialistes, il a également étonné nombre de joueuses qui ne souhaitaient plus évoluer sous la direction de l’ex coach de Soyaux. En cause les déclarations polémiques à l’issue du mondial de la sélectionneure qui remettait clairement en cause l’implication de plusieurs de ses joueuses. Dans les colonnes du journal L’Equipe, dix jours seulement après l’élimination face aux Etats-Unis, Corinne Diacre s’en prenait ainsi ouvertement à Eugénie Le Sommer : «Même moi, je lui ai dit : “Pourquoi tu restes à gauche ? L’idée et notre projet de jeu, ce n’était pas ça.” Sauf que c’est ce qu’elle a fait.». Cette critique publique à l’égard d’une des cadres des Bleues, peu comprise par les Tricolores, témoignait alors du malaise existant entre Diacre et ses joueuses. Quelques semaines plus tard, Wendie Renard se livrait à son tour dans son autobiographie intitulé Mon étoile et elle n’épargnait pas la sélectionneure. La défenseure de l’OL exprimait notamment son incompréhension face à la décision de Diacre de lui retirer le capitanat des Bleues, expliquant être «tombée des nues» après que l’ancienne entraîneure de Clermont lui ai reproché de n’être qu’à «40 % de [ses] capacités en équipe de France».

Les Bleues en mode “Knysna” ?

La liste des malentendus entre Corinne Diacre et les cadres de l’Équipe de France semble longue. Dans son édition du jour, nos confères de France Football révèlent même que plusieurs joueuses auraient envisagé une mutinerie lors du premier rassemblement post-mondial en août 2019 avant un amical face à l’Espagne. Certainement lassées par le climat délétère du groupe, plusieurs joueuses souhaitent tirer parti de la venue du président de la FFF pour exprimer leur exaspération quant à l’attitude de Corinne Diacre. Seulement la sélectionneure a vite vent de la révolte à venir et s’entretient avec Noël le Graët dès son arrivée. Ce dernier monte alors au créneau et défend la coach devant les joueuses qui finissent par renoncer à leur «putsch». L’histoire aurait pu s’arrêter là, seulement la sélectionneure Corinne Diacre veut ensuite savoir qui sont les instigatrices de ce qui aurait pu être le «Knysna des féminines». Elle décide donc d’interroger les joueuses une à une dans l’hôtel de Clermont qui les reçoit. Loin d’apaiser la situation ces interrogatoires ne font qu’accroître les tensions, certaines joueuses sortant en pleurs.

Si depuis le mondial, les Bleues enchaînent les victoires, les mauvaises relations entre certaines cadres et le staff pourraient bien mettre à mal les ambitions françaises pour le prochain Euro en 2022. Si le pire a peut-être été évité par le président Le Graët à Clermont, une nouvelle révolte des cadres contre Corinne Diacre n’est pas à exclure…

Leave a Reply