#MetempsÀ la UneHistoire

Le jour où Arsenal a remporté la Ligue des Champions

Par 13/08/2020 08:30 No Comments
Faye White et Anita Asante soulèvent la coupe et célèbrent avec leurs partenaires. 
Il y a dix-sept ans les Gunners étaient sur le toit de l’Europe et devenaient les premières (et toujours les seules) footballeuses d’un club anglais à remporter la Ligue des Champions. À neuf jours du quart de finale entre Arsenal et le Paris Saint-Germain, retour sur ce moment historique.

« Je me souviens, j’étais assise dans les tribunes, nerveuse. Dès que l’arbitre a porté le sifflet à sa bouche, j’ai descendu les escaliers en trombe et j’ai sauté par dessus la rambarde pour rejoindre mes coéquipières sur la pelouse. Je me suis alors mise à pleurer. Cette aventure a été si éprouvante et personne ne s’attendait à ce qu’on gagne. C’était juste incroyable. » C’est ainsi que Kelly Smith se remémore les tous premiers instants du sacre d’Arsenal en Ligue des Champions le 29 avril 2007. À cet instant précis, l’attaquante de 29 ans et ses partenaires entrent dans l’histoire de leur club, mais aussi du football anglais, en devenant les premières footballeuses britanniques à remporter ce trophée. 

Les joueuses du club londonien n’étaient pourtant pas données favorites. Semi-professionnelles à l’époque, elles se sont retrouvées en finale face aux stars d’Umeå. Le club suédois, double vainqueur de la Coupe d’Europe en 2003 et 2004, accueillait alors dans ses rangs la reine Marta, sacrée quelques mois plus tôt joueuse de l’année pour la première fois de sa carrière, Hanna Ljungberg, vice-championne du monde avec la Suède et buteuse en finale du Mondial 2003, ou encore une certaine Ramona Bachmann de tout juste 16 ans.  

Arsenal a dû, en plus, composer avec les absences de deux de ses joueuses cadres pour les matchs d’une finale qui se déroulait alors en deux actes. La capitaine Faye White revenait tout juste de blessure, tandis que l’attaquante vedette Kelly Smith avait écopé de trois matchs de suspension, après deux cartons jaunes reçus en demi-finale et un geste d’humeur en direction du public.

Une destinée toute tracée

L’internationale anglaise (117 sélections) était malgré tout du voyage sur les bords du Golfe de Botnie pour encourager ses coéquipières, décidées à créer la surprise. « Toute la pression était sur le dos des joueuses d’Umeå », raconte-t-elle. « On est donc arrivées en Suède avec l’envie de nous exprimer librement. Nous savions que si nous étions appliquées en défense, il suffirait d’une occasion pour renverser la vapeur. » Et la magie opéra. Malgré une nette domination des quintuples championnes de Suède, Arsenal est sorti vainqueur de cette première confrontation grâce à un but d’Alex Scott dans les derniers instants. Profitant de l’espace qui s’offrait à elle, la latérale droite est montée balle au pied avant d’envoyer une frappe sous la lucarne douchant les 6000 spectateurs du Gammliavallen. Grâce à ce petit but d’avance, tous les rêves étaient permis pour les Gunners lors du match retour à domicile. 

Menées au score, Marta et ses partenaires ont pourtant débarqué à Borehamwood avec une féroce envie de rattraper leur retard. Mais le destin en a décidé autrement. Recroquevillées en défense, les joueuses de Vic Akers ont tenu bon grâce à un brin de réussite. « Nous ne méritions pas de gagner. Nous avons été incroyablement chanceuses sur ce coup. Umeå a touché une première fois la barre, puis quelques instants plus tard la balle a touché le poteau avant de rebondir sur la tête de notre gardienne et de sortir en corner », se rappelle Kelly Smith. « Avec cette énorme part de réussite de notre côté, c’était écrit que nous allions remporter cette finale. Nous n’avions pas la meilleure équipe, mais nous étions soudées et l’alchimie a opéré. »

Un exploit longtemps oublié 

C’est ainsi qu’Arsenal est devenu le premier club anglais à remporter la Ligue des Champions. En faisant tomber Umeå, les Gunners ont également mis fin à l’hégémonie des pays germaniques et nordiques, qui régnaient sur la compétition depuis ses débuts. Côté anglais, ce trophée a permis à Arsenal de réaliser un quadruplé historique lors de la saison 2006-2007 avec la FA Cup, la League Cup et le championnat anglais. Jamais une équipe britannique – hommes et femmes confondus – n’avait réussi à rafler autant de coupes sur une même saison. Ce record, toujours inégalé à l’heure actuelle, est pourtant resté dans l’ombre du fait de l’absence de couverture médiatique. Encore aujourd’hui, peu de personnes connaissent le glorieux passé d’Arsenal. Pourtant, le club londonien demeure le seul club anglais à avoir remporté la Ligue des Champions. Une performance que les anciennes joueuses évoquent encore régulièrement entre elles. « Nous sommes fières de dire que nous avons fait partie de l’équipe qui a gagné ça », glisse Kelly Smith. Avant d’ajouter : « J’espère qu’Arsenal pourra le refaire. » Rendez-vous le 22 août face au Paris Saint-Germain pour un quart de finale décisif.