Actu InternationaleL'Actu

Le président de la fédération américaine de football démissionne !

Par 13/03/2020 12:55 mai 6th, 2020 No Comments
En plein conflit juridique avec la sélection féminine des États-Unis pour discrimination salariale de genre, les récents événements dans l’affaire ont forcé Carlos Cordeiro, le président de l’USSF à poser sa démission ce matin. Explications.

Résumé des faits

Depuis presque un an, les 28 joueuses des Stars and Stripes sont en procès contre leur fédération pour discrimination de genre. Les salaires et diverses récompenses pécuniaires des quadruples championnes du monde étant inférieures à ceux de leurs homologues masculins, elles sont depuis mars 2019 en lutte pour leurs droits. En tête de proue, Megan RapinoeCarli Lloyd et Alex Morgan ne lâchent rien.

Leur victoire de la Coupe du Monde en France devait être un acte de lutte, une preuve indéniable pour la fédération que leur talent et leur travail mérite salaire. Et un bon ! Pourtant, alors qu’elles sont montrées comme un exemple à suivre par le football féminin du monde entier, leurs salaires restent toujours inférieurs à ceux de la sélection masculine qui n’a pas réussi, elle, à se qualifier à la Coupe du Monde de 2018 et dont le palmarès est de loin moins brillant.

Des éléments nouveaux

La Fédération de soccer des États-Unis ne cesse, depuis, de nier l’inégalité salariale ou tente de la justifier. C’est leur dernière tentative de défense qui a finalement provoqué la démission de Cordeiro. Alors que les Américaines s’apprêtaient à jouer leur deuxième match de She Believes Cup (victoire 1-0 contre l’Espagne) le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le président a jugé bon de tweeter un document expliquant que les accusations des joueuses étaient injustes et leurs demandes déraisonnables.

​Il mentionne en outre une proposition de renégociation de leur contrat qui aurait été refusé par les plaintives – chose qu’elles nient catégoriquement. La proposition d’un nouveau contrat proposé aurait en fait été une réplique du contrat de l’équipe masculine datant d’il y a 9 ans qui est en cours de renégociation.

Le lendemain, récidive! C’était au tour des avocats de la fédération de déposer un document à la cour expliquant que les responsabilités de l’équipe masculine étaient supérieures à celles de la féminine et que leur travail “requiert un niveau supérieur de compétences basées sur la vitesse et la force, en comparaison avec une joueuse de l’équipe féminine”. N’ayant pas apprécié les propos misogynes de leur employeur, les joueuses américaines ont répliqué lors du dernier match du tournoi en mettant leurs maillots à l’envers : les coutures vers l’extérieur permettaient d’afficher les 4 étoiles dont elles ont été les auteures mais occultaient le logo de la fédération. Un symbole fort qui a été repris par les nombreux supporters de l’équipe.

Une démission méritée ? 

C’était le 11 mars.
Deux jours plus tard, face au tollé provoqué par ses propos et sa ligne de défense au tribunal, Carlos Cordeiro s’est vu obligé de poser sa démission. “Le langage et les éléments contenus dans le dépôt légal de cette semaine ont causé une grande offense et de la peine, en particulier pour notre Équipe nationale féminine qui mérite mieux. C’était inacceptable et inexcusable.” a-t-il déclaré dans sa lettre de démission. “Je n’ai pas eu l’opportunité de revoir dans leur entièreté les documents avant qu’ils ne soient soumis et prends la responsabilité de ne pas l’avoir fait. Si ça avait été le cas, je me serais opposé au langage utilisé qui ne reflète pas mon admiration personnelle pour nous joueuses ou les valeurs de l’organisation.”justifie-t-il.

​Cordeiro est remplacé dans ses fonctions de président de l’USSF par Cindy Parlow Cane, qui venait d’être réélue vice-présidente de la fédération en février. Elle devient la première femme présidente de la fédération.