À la UneActu Coupe de France

Les recrues qui pourront jouer en Coupe de France

Par 01/08/2020 17:00 No Comments
Palis Perisset Bordeaux
Les deux recrues girondines Ève Périsset et Ella Palis à l’entraînement – ©Q. Salinier – FCGB
Cette saison si particulière fait que les demi-finales de Coupe de France se jouent alors que le mercato d’été est déjà bien avancé. L’occasion de voir de nouveaux visages pour celles qui seront autorisées à jouer. Explications. 

Le 22 juin dernier, les demi-finales et finale étant des matchs décalés, Le Comité Exécutif de la FFF a décidé que les joueuses qui pourront participer seront celles qualifiées à la date réelle du match. Néanmoins, l’instance du football français a rappelé que, «au cours d’une même saison, les joueuses ne peuvent participer à la Coupe de France que pour un seul club». En d’autres termes, les nouvelles recrues pourront prétendre à une place dans le groupe, à condition de ne pas avoir disputé la Coupe de France avec un autre club au cours de la saison 2019-2020. Le point sur les nouvelles têtes que les supporters pourront découvrir. 

Lyon : il faudra attendre pour la première de Karchaoui 

Entre les jeunes qui ont signé leur premier contrat, les retours de prêts et les nouvelles recrues, l’OL a enregistré pas moins de dix nouvelles arrivées. Parmi elles, Sakina Karchaoui ne pourra pas faire le voyage en Bretagne après son début de parcours en coupe nationale avec Montpellier ; tout comme Emelyne Laurent (21), de retour d’un prêt à Bordeaux. Assimina Maoulida (18 ans), Melvine Malard (20 ans) et Vicki Becho (16 ans) sont dans le même cas. Seules les recrues étrangères, Ellie Carpenter (20 ans), Lola Gallardo (27 ans) et Sara Björk (29 ans) sont donc autorisées à porter le maillot lyonnais en Coupe de France. La première est en réathlétisation suite à une blessure aux quadriceps, la seconde semble avoir le statut de deuxième gardienne, mais la troisième Sara Björk, pourrait bien jouer. Très à l’aise en préparation (ndlr : 3 buts en 3 matchs), la milieu islandaise semble s’être parfaitement adaptée à sa nouvelle équipe. Néanmoins, il faudra compter sur la forte concurrence dans l’entrejeu, et sur le trio Amandine Henry, Saki Kumagai et Dzsenifer Marozsan – habitué à jouer les grands rendez-vous. Avec les cinq changements possibles, l’ex-joueuse de Wolfsburg aura sa chance.

Laura Brock
Le 17 juillet dernier, l’Australienne Laura Brock a signé pour une saison à Guingamp – ©EA Guingamp 

Guingamp : les premiers pas de Brock attendus 

L’arrière-garde guingampaise aura fort à faire contre l’armada lyonnaise. En plus du soutien du Stade du Roudourou (ndlr : stade de l’équipe masculine de L1), mis exceptionnellement à la disposition des féminines, les Bretonnes pourront compter sur l’expérience de Laura Brock, venue de Melbourne Victory. Alors que Guingamp a dû essuyer le départ de Carlin Hudson, cadre de l’équipe cette saison, la présence de la défenseure australienne de 31 ans pourrait être précieuse. Reste à savoir si le coach Frédéric Biancalani prendra le risque d’aligner une joueuse arrivée il y a tout juste deux semaines en France. Les deux autres nouvelles, Sarah Cambot (27 ans) et Safia Tall (17 ans) devront attendre la D1 le 5 septembre pour être autorisées à jouer. 

Bordeaux : Périsset titularisée d’entrée ? 

Cet été, les Girondins de Bordeaux ont été actifs sur le marché des transferts. Huit joueuses sont venues renforcer l’effectif de Pedro Martinez Losa. Parmi elles, Julie Dufour (19 ans), Ella Palis (21 ans) et Mickaëlla Cardia (20 ans) ont déjà joué cette saison en Coupe de France et ne seront donc pas disponibles pour affronter le PSG dimanche. En revanche, la latérale française et recrue star du mercato, Ève Périsset, est à disposition de son nouvel entraîneur. L’ex-parisienne pourrait faire mal à son ancienne équipe dès son premier match sous ses nouvelles couleurs. Les trois joueuses étrangères qui ont signé en Gironde pourront aussi fouler la pelouse de Libourne dimanche soir. Elena Linari (26 ans), Katja Snoeijs (23 ans) et Anna Moorhoose (23 ans) pourraient donc faire leur premiers pas sur les terrains français. Enfin, la jeune défenseure Marine Perea (19 ans), formée au club et qui a signé cet été son premier contrat professionnel pourra, elle aussi, être dans le groupe.

Paris SG : première pour Bachmann ? 

À Paris, les débuts en compétition officielle de Bénédicte Simon (22 ans) devront attendre, puisque la jeune latérale polyvalente a disputé les huitièmes et les quarts de finale avec Reims cette saison. Dans les buts, Charlotte Voll (21 ans) arrive en position de numéro deux après le départ de Katarzyna Kiedrzynek pour Wolfsburg. Elle devrait prendre place sur le banc, prête à suppléer Christiane Endler. Ramona Bachmann (29 ans), joueuse offensive polyvalente arrivée de Chelsea, sera elle aussi disponible. À voir si Olivier Echouafni décide de la titulariser d’entrée ou bien s’il préfère s’appuyer sur ses joueuses offensives de la saison passée. Dans tous les cas, les cinq changements autorisés devraient lui permettre de goûter à ses premières minutes de jeu avec le maillot de la capitale. Laurina Fazer (16 ans) et Alice Pinguet (18 ans), qui viennent de signer leur premier contrat professionnel, ne devraient pas être de la partie.