À la UneActu Ligue des ChampionsL'Actu

Les terribles maux du Barça devant le but

Par 26/08/2020 09:48 No Comments
Mariona Caldentey Barcelone
À la 65e minute, Mariona Caldentey a manqué l’immanquable  – ©Nicolas Jambou / l’Équipière
À l’occasion de la première demi-finale de Ligue des champions, le Barça a largement dominé son adversaire du VFL Wolfsburg. Pourtant, ce sont bien les Allemandes qui se sont qualifiées. La faute à l’incroyable manque de réalisme catalan. Décryptage. 

Il avait fallu quatorze tirs et quatre-vingts minutes au FC Barcelone pour se défaire de l’Atlético Madrid en quart de finale. Si Kheira Hamraoui n’avait pas surgi dans la surface adverse à dix minutes du terme de la rencontre, les Barcelonaises auraient pu sortir d’entrée dans ce “Final 8”. Mais la relayeuse française les avait sauvées in extremis.

Les joueuses de Lluis Cortes le savaient ; si elles voulaient se qualifier pour leur deuxième finale de Ligue des Champions consécutive, il fallait gommer ce sérieux problème de finition devant le but. Malheureusement, contre les Louves en demi-finale d’UWCL, Asisat Oshoala et ses partenaires n’ont pas réussi à corriger le tir et elles ont été logiquement punies par les championnes d’Allemagne. Seize tirs, dix cadrés et aucun but pour les Catalanes. À ce niveau-là, le manque de réalisme se paie cash.

À l’issue de la partie, le scénario du match avait du mal à passer pour le technicien espagnol Lluis Cortes : «Nous faisons beaucoup d’exercices pour travailler la finition dans les derniers mètres tout au long de la saison mais c’est vrai que la seule chose qui nous a manqué c’était ce dernier tir pour la mettre au fond, c’était la seule chose qui nous manquait et rien d’autre », s’est-il exprimé en conférence de presse d’après-match.

Des premiers regrets en rentrant au vestiaire

Si la première demi-heure a été plutôt équilibrée, la partie a rapidement tourné à l’avantage du club catalan par la suite. Les coéquipières de Kheira Hamraoui ont mis le pied sur le ballon et ont fait forte impression dans leur capacité à faire tourner le cuir et à organiser leurs attaques. Les combinaisons des offensives barcelonaises, Oshoala, Putellas, Graham Hansen, Caldentey, Hermoso ont largement mis en danger la défense des Louves. Tout était parfait, sauf le dernier geste. Déjà en première mi-temps, la Norvégienne Graham Hansen, très en vue, n’avait pas réussi à convertir ses meilleures occasions (1e, 41e, 45e), tout comme Oshoala (8e, 37e). À la mi-temps, le Barça rejoignait donc les vestiaires avec le même constat que lors du quart. Du beau jeu, des occasions mais un score nul et vierge.

Oui, Barcelone aurait dû avoir un penalty. Mais le nombre de chances qu’elles ont gaspillé. Pleins de tirs,  même pas un but. Wolfsburg a bien joué, mais a laissé de l’espace à Barcelone. Le Barça entre dans la surface mais la finition …

Graham Hansen, Caldentey et les autres punies par le réalisme allemand

 

Malgré le succès fleuve de Wolfsburg sur Glasgow au tour précédent (9-1), les Catalanes n’ont jamais été intimidées par Pernille Harder, Ewa Pajor et consorts. Bien au contraire, elles ont entamé ce deuxième acte par une période de domination encore plus franche. Malheureusement pour elles, il manquait toujours ce petit détail : une passe en trop, un arrêt de Friederike Abt, une frappe non cadrée, etc. D’ailleurs, en tout début de deuxième période, Graham Hansen a trop tergiversé face au but avant de manquer sa passe alors qu’elle aurait pu tirer. Comme si les mauvais souvenirs de ses ratés de la première mi-temps l’avaient hanté à l’approche de la zone de vérité (51e). Oshoala non plus ne cadrait toujours pas devant la cage (61e), trois minutes après l’ouverture du score allemande (58e, 1-0). La plus grosse occasion manquée arrivait certainement peu après l’heure de jeu, lorsque Mariona Caldentey envoyait le centre en retrait d’Hermoso bien au dessus de la cage de Abt (65e). Un terrible loupé dans les seize mètres allemands. Hermoso, elle aussi, y allait de son échec quelques minutes plus tard (75e). Jusqu’au bout, elles y auront cru et ont tenté d’égaliser, avec notamment un double essai à la 84e. Mais ce mardi soir à San Sebastian, ça ne voulait pas rentrer pour le Barça. Les Blaugranas ne verront donc pas la finale, ce dimanche à San Sebastián, et elles peuvent ne s’en prendre qu’à elles-même.

Nicolas Jambou, en direct de San Sebastian