Actu InternationaleL'Actu

Une refonte de la Liga BPI portugaise pour 2020/21

Par 11/05/2020 09:00 No Comments
Braga Benfica
@FPF
Pour minimiser l’impact de la crise liée au coronavirus, la première division portugaise, qui comptait 12 équipes en 2019/20, s’apprête à changer de format.

Un mois après avoir annoncé que la saison 2019-2020 serait blanche pour les divisions non professionnelles au Portugal, sans titre ni proportions ou relégations, la Fédération portugaise a fait une autre annonce d’ampleur. La première division – ou Liga BPI – va en effet passer de 12 à 20 clubs pour l’édition 2020-2021. Ils seront divisés en deux conférences, Nord et Sud, contre une seule à l’heure actuelle. Les 4 premiers de chaque conférence seront ensuite répartis dans un mini-championnat pour déterminer le vainqueur et les 12 autres clubs dans un autre mini-championnat pour la relégation. 

Cette organisation n’est prévue pour durer qu’une seule saison, car dès la saison 2021-2022, 16 équipes devraient composer la première division, toujours scindée en deux conférences. Cette mesure a pour but de minimiser l’impact négatif de la crise sur les secteurs en développement, comme c’est le cas du football féminin. L’idée est que, dans la suite d’un plan de financement débuté l’année dernière, la Fédération puisse soutenir un plus grand nombre de clubs en première division pour assurer la durabilité et la croissance du football féminin. 

23e au coefficient UEFA, ce championnat semi-amateur est très segmenté. D’une part, des sections féminines de clubs masculins ont survolé la saison – comme le SL Benfica (101 buts marqués et 4 encaissés en 15 matchs), le Sporting CP ou le SC Braga. D’autre part, on retrouve de plus petits clubs historiques du football féminin mais ne bénéficiant pas du soutien financier et matériel d’une section masculine et qui peinent à aller chercher des résultats. 

Des avis mitigés 

Si des clubs comme le Sporting ont fait part de leur accord pour le nouveau fonctionnement, tous les acteurs ne sont pas de cet avis. Domingos Estanislau, le président du CF Benfica, un autre club lisboète vainqueur du doublé coupe-championnat en 2016 avant l’arrivée des grands clubs professionnels, se dit « trahi » par ce « projet sans avenir » qui défavoriserait les clubs les plus modestes. Les pourparlers d’il y a quelques mois laissaient en effet plutôt présager une ligue réduite à 10 équipes pour maintenir la compétitivité, plutôt qu’une extension à 20 clubs, faisant de la Liga BPI la ligue féminine avec le plus grand nombre de clubs en Europe. 

À noter également que la saison prochaine verra la mise en place d’un plafonnement des salaires, sorte de fair-play financier interne censé participer à équilibrer la compétition. 

Vrai effet sur la croissance du football portugais, ou mesures creusant encore plus le fossé entre les grands clubs arrivants et les clubs historiques mais plus modestes, é a verdadeira questão.