#MetempsSociété

We Love This Game: prendre la Coupe du monde à CONTREPIED

Par 18/11/2022 15:59 No Comments
Dans un contexte de remise en cause de la Coupe du monde au Qatar, le tournoi We Love This Game se veut des plus inclusifs  – ©WLTG
Alors que la Coupe du monde masculine débutera ce dimanche, une autre compétition s’apprête à donner son coup d’envoi ce vendredi (19h). A Pantin, le Club Olympe et la Cité Fertile vont donner vie à un tournoi riche en football et en questionnements.

Un autre football

Quatre années après sa dernière édition, la Coupe du monde masculine va reprendre ses droits. Une compétition que certains suivront avec attention, mais que d’autres ont sciemment décidé d’ignorer. A Pantin, une vaste programmation a été mise en place pour détourner les amateurs de ballon rond de leurs écrans. Du 18 novembre au 16 décembre, la Cité Fertile, tiers-lieu situé dans une ancienne gare désaffectée, s’attellera à faire vivre l’initiative CONTREPIED.

Durant toute la durée de la compétition FIFA, ce lieu alternatif accueillera de nombreux événements destinés à la faire oublier et recentrer le débat sur les défis du football actuel. «On a commencé à y réfléchir dans le contexte de la Coupe du Monde. On contre-programme des évènements. On va accueillir des tables rondes, pour discuter de tous ces enjeux, notamment du coût humain de la Coupe du monde au Qatar, et des grands évènements sportifs de manière générale », explique Edouard Rose, responsable de la programmation de Sinny&Ooko, maison-mère de la Cité Fertile.

Au programme de ce mois, deux débats autour de l’écologie et de l’inclusivité dans le football avec des intervenants de choix tels que Roxana Maracineanu, ancienne Ministre déléguée chargée des Sports ou encore Sabine Gagnier, responsable du programme justice économique et sociale d’Amnesty France.

Dans cet agenda, pas question pour autant d’en oublier la pratique du ballon rond. Car s’il est question de s’interroger sur les conditions dans lesquelles le football est pratiqué, il s’agit d’abord de le célébrer. Alors en parallèle des ces tables rondes, se dérouleront des projections de documentaires, des rediffusions d’anciennes Coupe du monde, des soirées à thème, mais surtout un tournoi.

Incarner le football

Dans la continuité de son engagement assumé contre la Coupe du monde au Qatar, la Cité Fertile va également accueillir un tournoi de football mixte, intitulé We Love This Game. Organisé par le Club Olympe, collectif créé en 2020, et fervent défenseur de l’inclusion dans le football, ce championnat accueillera 18 équipes, réparties en 3 poules dans la halle de 600 m² de la Cité, réaménagée pour l’occasion. Au total, environ une quarantaine de matchs seront disputés jusqu’à la grande finale le 16 décembre.

Également opposé à la compétition FIFA, le collectif s’est décidé à organiser un contre-tournoi, qui colle parfaitement avec les valeurs défendues par la Cité fertile. « En tant qu’amateurs et amatrices de football, on ne se sentait pas représentées dans cette Coupe du monde. On était tiraillé à l’idée de regarder et de faire comme si de rien n’était. Mais on voulait quand même faire une initiative festive, pour faire vivre notre football. Ce sont des choses auxquelles on est très attaché. On a envoyé notre dossier de presse à des mairies, pour finalement se retourner vers les tiers-lieux », explique Gabriela Franco, membre fondatrice du collectif. Une convergence de valeurs et d’idées, qui a conduit les deux partenaires à jouer la carte de la collaboration. « On avait contacté des clubs et des associations, mais malgré l’intérêt pour le projet, beaucoup manquaient de temps. Au moment où on allait baisser les bras, le Club Olympe nous a contactés avec l’idée d’un tournoi mixte en parallèle de la Coupe du monde », commente Edouard.

Dans ce tournoi, la porte est bien entendu ouverte à tous. « On voulait proposer un tournoi en mixité dans tous les sens du terme : tous les genres, tous types de nationalités », précise Léa Zoltobroda, autre fondatrice du collectif. Un leitmotiv qui donnera également vie à une journée ouverte au jeune public et à une initiation au cécifoot.

La Cité Fertile – ©AdrienRoux

Redistribuer les cartes du jeu

Au-delà de ce  tournoi, le Club Olympe se veut promoteur d’un football nouveau. « On jouait auparavant dans un club parisien et on ne se retrouvait plus dans le football « institutionnel ». Entre-temps, il y a eu le confinement. On a commencé à jouer de manière informelle dans la rue, avec nos amis hommes. Mais lorsque l’on devait partager le terrain avec des personnes extérieures, c’était tout de suite plus compliqué. A partir de là, on a eu plusieurs réflexions, dont la place des femmes sur les terrains publics, qui sont assez peu partagés », analyse Léa. 

Une marginalisation qui transparaît également au plus haut niveau. « On se rend compte que dans tous les bureaux des clubs et des instances, les bureaux sont très majoritairement voire exclusivement masculin, malgré la démocratisation du football féminin. C’est là où les décisions qui ont un fort impact se prennent. Du coup nous avons décidé d’avoir un bureau exclusivement féminin », poursuit-elle. 

Un parti pris et des valeurs fermement revendiquées.« On verra bien comment ça prend mais c’est déjà une victoire de rassembler autant de personnes différentes pour le tournoi», conclut Edouard. Et pour les plus réfractaires au football, pas de panique. A l’occasion de la journée jeune public un atelier d’initiation à la construction d’un char à voile va aussi être mis en place, en partenariat avec la fédération française de la discipline (FFCV), qui offrira par ailleurs au vainqueur du tournoi une initiation grandeur nature. Comme un pied de nez au mastodonte du football hexagonal et à son penchant pour l’écologie. 

Les dates importantes

Leave a Reply