À la UneActu InternationaleL'Actu

Women’s Cup du Grand Est : “Faire de cet événement un incontournable de la préparation des équipes de football féminin” (Sam Ammor)

Par 25/08/2021 10:00 No Comments
Charlotte Bilbault lors de la rencontre Bordeaux-Francfort – ©Victoria Lapauze (L’Equipière)
Douze équipes étaient réunies du 5 au 8 août dernier à Phalsbourg pour la quatrième édition de la Women’s Cup du Grand Est. La rédaction de L’Équipière, présente pour l’occasion, revient sur son évolution et son avenir avec Sam Ammor, organisateur de la compétition.

Trois ans après sa première édition, la Women’s Cup Grand Est semble prendre un nouveau tournant, avec plus d’équipes et un rayonnement plus large. 

Une édition particulière et réussie

D1, Women’s Super League, Frauen Bundesliga. Douze équipes venant de trois des plus grandes ligues d’Europe étaient présentes à la Women’s Cup du Grand Est. Parmi elles, deux équipes qualifiées pour les éliminatoires de la Ligue des champions 2021-2022, Bordeaux et Hoffenheim. 

De belles équipes, du beau jeu, le niveau de l’événement est unanimement salué par les participants, les spectateurs et les journalistes présents. « On voit une vraie évolution entre la première édition et celle qui vient de se dérouler. On a commencé avec quatre clubs, trois de D2 française et un club de D1 Belge. Aujourd’hui, on arrive à avoir un plateau international avec des équipes qui jouent la Ligue des champions », se félicite Sam Ammor.

Pourtant, quelques difficultés ont fait surface cette année. « Nous avions deux obstacles majeurs : la COVID, avec le pass sanitaire imposé à trois semaines de l’événement, et la météo, mais on ne peut rien y faire », explique-t-il. Pour se conformer aux exigences sanitaires, des bracelets de couleur étaient fournis aux spectateurs, venus en masse, après vérification du pass. Un élément supplémentaire à gérer pour les bénévoles, mais pas de quoi troubler la fête, qui battait tout de même son plein. « On voit une vraie évolution entre la première édition et celle qui vient de se dérouler », poursuit-t-il.

La compétition évolue également en termes d’infrastructures, avec une toute nouvelle pelouse au stade David Weill. « On est passé d’un terrain de football en herbe moyen à un terrain synthétique nouvelle génération, grâce à la mairie de Phalsbourg. Les équipes allemandes, qui habituellement refusent de jouer sur ce type de pelouse, nous ont complimentés », relate-t-il. 

Une organisation des plus professionnelles dans une ambiance plus que conviviale. Familles, amis, riverains, tous sont venus apprécier le spectacle, mais aussi profiter des victuailles proposées par les différents food trucks stationnés aux abords des tribunes.

S’inscrire dans la durée

Si cette nouvelle édition est une réussite, les têtes sont déjà tournées sur la suite. Dans un premier temps, l’ambition est à la continuité. Pérenniser la compétition reste la priorité. « On va rester sur une formule à quatre jours et maintenir ce niveau élevé. Il faudra mieux anticiper les questions sanitaires », confie Sam Ammor, néanmoins conscient du potentiel de l’évènement. Car il tient désormais son public. Dans cette commune de moins de 5000 habitants, ce sont presque 1000 curieux et amateurs de ballon rond, d’ici et d’ailleurs, qui se sont déplacés quotidiennement malgré les intempéries.

Il ne s’en cache pas, il rêve encore plus grand pour le tournoi : « L’idée est de pérenniser l’événement et d’en faire un incontournable de la préparation des équipes de football féminin. On aimerait aussi attirer les chaînes de télévision, ce qui nous permettrait d’avoir un budget plus conséquent et in fine inviter des très gros calibres pour le faire grandir. »

Son prochain objectif, inviter des représentants d’autres ligues européennes: « On vise les Pays-Bas, qui sont aujourd’hui une place forte du football féminin (ndlr, finaliste de la coupe du monde et champion d’Europe en titre). Ce n’est pas très loin de l’est de la France. On pense à Twente, au PSV et à l’Ajax notamment ».

Le prochain rendez-vous est d’ores et déjà fixé en 2022.

Leave a Reply