À la UneD1 ArkemaDivision 2L'Actu

Women’s Cup du Grand Est : large victoire du FC Fleury 91 !

Par 15/08/2020 08:30 février 22nd, 2021 One Comment
© Inès Roy-Lewanowicz / L’Équipière
Après la victoire du SC Sand contre le GPSO 92 Issy jeudi, la Women’s Cup se poursuivait vendredi avec la rencontre opposant le FC Fleury 91 (D1) au Lille OSC (D2). Retour sur un match riche en buts.

Au lendemain d’une première journée de tournoi réussie, les organisateurs et les bénévoles de la Women’s Cup se sont affairés toute la journée autour des installations en prévision d’un week-end qui s’annonce chargé… avec 6 matchs au programme ! Si le public est surtout attendu pour les matchs de samedi et dimanche, ce vendredi de nombreux amateurs de football féminin ont bravé les quelques averses pour assister à l’unique rencontre du jour. Il faut dire que l’affiche du jour, entre Fleury avec ses internationales et le LOSC avec ses jeunes prometteuses, présentait sur le papier de quoi intéresser les passionnés du ballon rond.

Un premier acte maîtrisé par Fleury, Lille sans réussite

Dès les premières minutes du match, les protégées du coach floriacumois, David Fanzel, prenaient le jeu à leur compte, s’appuyant sur la qualité technique de leurs milieux de terrain comme Léa Le Garrec, Hannah Diaz et Jenna Dear. Les Franciliennes pressaient haut leur adversaire puis se projetaient très vite vers l’avant à la récupération du ballon. Étouffées, les Lilloises finissaient par commettre une erreur de relance, que Le Garrec sanctionnait immédiatement d’un beau lob à l’entrée de la surface (1-0, 8e). L’internationale tricolore trouvait ensuite la barre (23e) suite à un centre de la suédoise Julia Spetsmark, très en vue dans le premier acte. Dans la foulée, sur un nouveau centre venu de la droite, Marina Makanza, esseulée au deuxième poteau, doublait la mise de la tête (2-0, 24e).

Revivez aussi le premier match du tournoi : Women’s Cup du Grand Est : première défaite pour le GPSO 92 Issy

Largement dominatrices, les Floriacumoises passaient beaucoup par les ailes et notamment par le couloir droit. La latérale Charlotte Fernandes montait d’ailleurs très haut, en phase offensive, pour combiner avec ses partenaires. Le FCF 91 laissait ainsi des espaces dans son dos et s’exposait à des contres. Les Lilloises, à l’affût de la moindre occasion, réalisaient quelques belles séquences mais manquaient de réussite dans le dernier geste, jusqu’au face-à-face gagné par Noémie Mouchon face à Laëtitia Philippe (2-1, 39e). De nouveau dans le coup au tableau d’affichage, le LOSC se faisait finalement une nouvelle fois punir suite à un centre par une frappe en demi-volée de Hannah Diaz à l’entrée de la surface (3-1, 43e).

Les jeunes Nordistes gênées par la vitesse de Grabowska 

Pour le deuxième acte, les entraîneurs des deux équipes procédaient à de nombreux changements. Rachel Saïdi, la coach du LOSC, décidait d’aligner une équipe plus jeune, tandis que David Fanzel réalisait sept changements. Il lançait notamment l’internationale polonaise Dominika Grabowska qui, dès ses premiers ballons, faisait parler sa vitesse. Sur sa première incursion dans le couloir gauche, l’ancienne du Górnik Łęczna obtenait même un penalty, transformé par Lorena Azzaro (4-1, 48e). Désignée joueuse du match, Dominika Grabowska a véritablement marqué des points au cours de ce match et devrait prétendre à une place de titulaire pour la reprise de la D1.

©Inès Roy-Lewanowicz / L’Équipière

Malgré leur inexpérience et la large défaite qui se profilait, les Lilloises faisaient leur possible pour contenir les assauts du FCF 91, en vain. Sérieuses, les joueuses de David Fanzel semblaient répéter leurs gammes au point que leur jeu paraissait stéréotypé sur certaines séquences. En fin de match, Céline Chatelain de la tête sur corner (5-1, 84e) et Kenza Chapelle, d’une frappe à l’entrée de la surface (6-1, 89e), alourdissaient même le score. Avec cette large victoire, Fleury se tourne désormais avec confiance sur la suite de sa préparation.

Réactions d’après-match

Rachel Saïdi (Entraîneure – Lille OSC)

« Un peu déçue au vu du large score. On a été confrontées à une bonne équipe de Fleury, très bien en place avec de grosses qualités individuelles. On a décidé de tourner avec une équipe-type à chaque mi-temps, avec une équipe un peu plus âgée sur la première séquence et une équipe beaucoup plus jeune (avec une moyenne d’âge de 17 ans) sur la deuxième. Mais les scores sont quasiment similaires, avec 3-1 en première et 3-0 en deuxième. On a fait 4 erreurs individuelles, sur les 6 buts, qui nous coûtent ce large score. »

« Il n’y a pas eu que du négatif malgré le score avec quelques séquences, offensives notamment, et quelques animations qui ont amené du danger dans la surface adverse. Maintenant, on sort de là avec un but mais ce n’est pas suffisant. Ça nous montre qu’on a encore pas mal de points à corriger pour être opérationnelles à la reprise, le 6 septembre. »

« On a fini troisièmes la saison dernière. L’objectif était clair à l’époque : reconstruire l’effectif qui avait été bouleversé par de nombreux changements. Cette année, on a la chance d’avoir gardé un effectif assez conséquent et on n’a eu que deux départs officiels. Donc, on a pour ambition et pour objectif d’essayer d’embêter un maximum les équipes qui sont prétendantes à monter en D1 la saison prochaine. On a envie de faire partie de ces équipes-là. On verra si notre début de championnat nous le permet. »

David Fanzel (Entraîneur – FC Fleury 91)

« Suite à deux jours de stage, c’était surtout important de gagner en finissant sur une note positive. Malgré des joueuses adverses vraiment très jeunes en seconde mi-temps, je veux retenir le sérieux des filles qui ont respecté, peut-être trop à la lettre, ce que je leur avais demandé de faire. Le résultat est une chose, le contenu en est une autre, et dans l’ensemble c’était bien. On sait que c’est une D2 et qu’on va rencontrer des adversaires beaucoup plus forts et costauds. Même si j’ai trouvé la première mi-temps de Lille très intéressante, elles vont inquiéter beaucoup d’équipes sur la saison prochaine. On va rentrer dans une phase beaucoup plus difficile où on va rencontrer des clubs comme Reims et Dijon qui vont nous permettre de nous mesurer. »

« La bonne intégration des recrues fait plaisir. En particulier parce qu’il y a beaucoup de recrues étrangères et moi je parle très mal l’anglais, voire même pas du tout – les filles se moquent de moi. C’est donc une satisfaction. On dit toujours “le football est international” : quand vous recrutez de bonnes joueuses, elles comprennent vite le foot. Mais surtout, j’ai la chance, depuis que je suis entraîneur, de travailler avec des recrues qui veulent parler français. Celles qui sont arrivées vont vers les filles, essaient de poser des questions en français, donc déjà il y a une bonne intégration dans la vie sociale du groupe. Après, sur le terrain, ça se ressent ! »

« Les objectifs pour cette saison : terminer champion devant Lyon et Paris (rires) non, je plaisante. On est une jeune équipe de D1, un club amateur, donc l’objectif est de se maintenir le plus rapidement possible, et l’ambition du  président de permettre un résultat toujours meilleur que le précédent. Pour ça, il faut toujours aller chercher une passe de plus, titiller les gros, comme on en rêve toutes et tous. Déjà, bien se maintenir et après, il y a toujours la dame Coupe de France qui fait rêver… Même si on sait que 9 saisons sur 10 c’est PSG-OL en finale. Lille l’a fait l’année dernière, pourquoi  pas nous ? »

« Notre recrutement a été fait avec des joueuses qui vont vite. Parce que dans le football féminin, on manque souvent de profondeur et depuis que je suis entraîneur, j’ai la volonté d’aller vers l’avant. Même si on l’a un peu trop fait aujourd’hui. Aller se projeter rapidement vers l’avant après la récupération, c’est une volonté. Je pense que si c’est bien fait, c’est plus simple. C’est une ambition personnelle et un projet commun avec les filles. »